La Gazette de la grande ile

MAHAFALY OLIVIER: De la lucidité…

Publié le 14 décembre 2017

S’exprimant hier devant la presse, le Premier ministre Mahafaly Olivier a fait montre de lucidité sur le fonctionnement du conseil municipal. Voici en effet ses propos : « Il faut apporter quelques réformes dans les collectivités décentralisées. Car quelqu’un qui est battu à l’élection de maire devient un conseiller municipal et provoque des problèmes. Il aura forcément des rancunes, en se disant pourquoi lui et pas moi. Pour cette raison dans certaines communes, le maire se heurte à un blocage et les travaux n’y avancent pas… ». Voilà en tout cas des propos sensés car c’est exactement ce qui se passe dans la capitale. Lalatiana Ravololomanana, battue à l’élection municipale, est devenue conseillère municipale et se met systématiquement en travers des actions de la maire Lalao Ravalomanana. Est-elle poussée par la rancune et le dépit de n’avoir pas été élue maire ? On ne le sait, mais elle se montre tellement ardente dans la dénonciation des « erreurs » de la maire qu’on en vient à douter de sa sincérité. L’autre candidate battue, Lalatiana Rakotondrazafy, également conseillère municipale, a aussi beaucoup secoué la maire Lalao Ravalomanana dans un premier temps. Mais son comportement pouvant être interprété comme étant de la rancœur et de la contrariété, elle eut l’intelligence de s’effacer pour mettre en avant les conseillers municipaux issus de son parti. Quand ceux-ci s’expriment à la télévision et à la radio, leurs  messages portent mieux car ne sont pas entachés par les soupçons de ressentiment ou même de haine.

Lalao Ravalomanana, qui n’est pas une administratrice de première force, commet certainement des fautes de gestion. Mais quand celles-ci sont dénoncées par des conseillers municipaux censés être « neutres », le public y croit. Et la maire, consciente de son erreur, rectifie certainement le tir. Qu’attendre d’une gestion municipale, sinon une collaboration constructive entre le maire et ses conseillers ? Mahafaly Olivier a bien localisé le mal et on attend de lui des mesures appropriées pour y remédier.

A.R

 

Lire aussi