La Gazette de la grande ile

Fermeture d’écoles privées : points positifs et négatifs

Publié le 23 décembre 2017

Le Ministère de l’Education Nationale a ordonné la fermeture de 67 écoles privées. Quels sont les aspects positifs et négatifs de cette initiative ? Cette mesure est salutaire car un assainissement en profondeur des établissements privés d’enseignement, était nécessaire. N’importe qui, ou presque, possédant un peu de capital et une petite équipe d’enseignants pouvait ouvrir un établissement d’enseignement. Il fallait bien que cela cesse. Il convient donc de féliciter le Ministère de l’Education, qui a su prendre une décision à la fois courageuse et indispensable si l’on souhaite que la qualité de l’enseignement dispensé soit maintenue et que les diplômes délivrés ne soient pas dévalorisés. Toutefois, cette initiative suscite une controverse et déclenche de nombreuses interrogations. En premier lieu, sur quels critères ces écoles ont-elles été fermées ? Pour éviter tout arbitraire, il faut espérer que chaque décision a été prise de manière collégiale sur la base de conditions objectives. On peut craindre que certains propriétaires assez fortunés d’établissements scolaires privés ont payé des dessous de table ou user de leurs relations en haut lieu pour ne pas que leur école soit fermée. Ensuite, pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant d’ordonner la fermeture d’établissements non conformes ? Cela fait des années que l’on sait que certaines écoles ne répondent pas aux normes (personnel enseignant insuffisamment qualifié, manque de livres pédagogiques, absence de cour de récréation…). Le laxisme ne vient pas uniquement des directeurs d’école. Il provient également de l’administration qui a fermé les yeux sur trop d’abus et qui a délivré des habilitations ou des homologations dénuées de valeur. Enfin, la fermeture de tous ces établissements privés ne va-t-elle pas favoriser l’irruption d’autres écoles? Etant donné que la nature a horreur du vide, de nouvelles écoles vont surgir de terre comme des champignons, fort probablement à l’initiative de directeurs d’établissements fermés. Seuls changeront le nom de l’école et sa location.

M.GASPARD

Lire aussi