La Gazette de la grande ile

Rivalité Rivo-Ravalo: L’ombre de Hery

Publié le 27 décembre 2017

La rivalité entre Rivo Rakotovao et Marc Ravalomanana revient régulièrement sur le tapis. Les deux hommes se détestent et ne manquent jamais une occasion de manifester cet état de fait publiquement, à moins qu’ils ne jouent la comédie. L’un provoque l’autre qui réplique. S’ensuit alors un ping-pong par médias interposés. La tension monte jusqu’à ce que le feu se consume. Que cachent les affrontements incessants entre l’ancien Président de la République et l’actuel Président du Sénat ? Il est évident que Rivo Rakotovao parle et agit par procuration, c’est-à-dire sur instruction de Hery Rajaonarimampianina. Rivo Rakotovao est en quelque sorte le porte-parole officieux de Hery Rajaonarimampianina. Celui-ci n’ose pas affronter frontalement Marc Ravalomanana, par lâcheté ou par volonté de ne pas rompre le pacte qui lie les deux hommes. Rivo Rakotovao est donc en charge du sale boulot qui consiste à rappeler constamment à l’ordre Marc Ravalomanana qui n’est pas maîtrisable. Il faut dire que ce dernier a tendance à hurler au scandale à chaque fois que ses intérêts sont menacés. Sa rage se fait davantage sentir dès qu’il se met un peu trop de farine dans les narines. Marc Ravalomanana a raison de ne pas se laisser faire, mais il a tendance à manquer de respect à Rivo Rakotovao qui préside tout de même une institution. D’un autre côté, on peut comprendre que Rivo Rakotovao ne souhaite pas recevoir de leçon de la part de Marc Ravalomanana dont le mandat présidentiel a été entaché d’innombrables abus et insuffisances. Toutefois, Rivo Rakotovao n’est pas à l’aise. En effet, il sait que la roue pourra vite tourner en sa défaveur, car si des élections présidentielles libres, transparentes et sincères ont lieu aujourd’hui, Hery Rajaonarimampianina n’aura aucune chance de l’emporter face à Marc Ravalomanana. Pour éviter ce scénario catastrophique, Rivo Rakotovao fait du zèle en rappelant que les candidats au scrutin présidentiel de 2018 devront remplir les conditions d’éligibilité. Il annonce ainsi en filigrane que Marc Ravalomanana sera exclu de fait et de droit de la ligne de départ. Cependant, les partisans de Marc Ravalomanana n’entendent pas se plier au droit. Pour cela, ce dernier s’appuie sur des groupes de lobbying étranger. En soutenant de manière inconditionnelle la participation de Marc Ravalomanana à la prochaine élection présidentielle, une partie de la communauté internationale cautionne et avalise un putsch institutionnel avant même la tenue du scrutin. Décidément, l’ordre constitutionnel n’est pas prêt de revenir à Madagascar.

Phil de Fer

 

Lire aussi