La Gazette de la grande ile

Suspension de solde: Détournement et non-respect des droits

Publié le 28 décembre 2017

Suite à la suspension de solde de près de 9000 agents de l’Etat, la solidarité syndicale de Madagascar (SSM) a tenu une assemblée hier. Des mesures concrètes associées à des revendications ont été prises. Ainsi, un préavis de grève a été annoncé à condition que le paiement ne sera pas rétabli avant ce vendredi. Une grève générale qui touchera également les 21 autres régions de l’île.

Avant tout, le but de cette pression est le paiement des soldes qui ont été injustement suspendus en raison d’un soi-disant non-maîtrise du logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat). Après la réunion avec les membres, une grande marche a eu lieu allant vers le bureau du ministère des Finances et du Budget avec des impressions dénonçant le mode de travail défaillant ou encore la non-acceptation de la suspension de leur solde.

Un détournement est tout de même flagrant, selon la présidente de la SSM. En effet, le budget des salaires des agents de l’Etat est prévu sur le long terme et non mensuellement. « Ce qui nous laisse une question : où est donc passé l’enveloppe des deux mois de salaire impayé de ces 9000 agents de

l’Etat ? », martèle-t-elle.

Dans tous les cas, les responsables ne peuvent pas nier le non-respect des lois. Tout d’abord, il y a des mesures à suivre pour la suspension des soldes des fonctionnaires. Il y a, à titre d’exemple, la convocation au préalable de la victime d’une éventuelle suspension de solde. Il n’est pas également à négliger le fait que cette prise de mesure doit venir du ministère de la Fonction publique (Fop) et non celui des Finances et du Budget (MFB), explique les responsables de la solidarité.

« Il est de la responsabilité de la Fop d’envoyer une liste au MFB. L’initiative ne doit pas venir du MFB ». Certes, ce n’est qu’après conseil de discipline et en l’absence d’excuses de l’agent qu’une suspension de solde est envisageable.

Bref, il s’agit d’une insouciance de la part du régime, selon Jean Raymond Rakotoniasy, secrétaire général de la SSM. « Depuis que l’actuel Président a occupé son poste, il n’a procédé qu’à une hausse de salaire de 7% contre les 10% des précédents Présidents », se plaint-il. Compte tenu de l’inflation qui est à son apogée depuis un certain temps, cette hausse ne rime à rien.

Si on revient à la question de détournement, le MFB est pointé plus d’une fois du doigt. D’abord, il y a le manque de transparence de la part de la Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat à Madagascar (DGGFPE). Sans oublier un fait troublant : pas moins de 3000 nouvelles recrues de 2012 à présent. Si le ministère veut procéder à un assainissement, qu’il commence par le sien !

Annie N.

 

Lire aussi