La Gazette de la grande ile

2017 : une année marquée par l’insécurité

Publié le 04 janvier 2018

2017 n’a pas été de tout repos avec la recrudescence de l’insécurité dans toute la Grande Ile aussi bien dans le milieu rural qu’urbain. En effet, l’insécurité a régné en maître durant l’année 2017. Le quotidien des Malgaches s’est résumé à la perpétuelle crainte de se faire agresser  dans chaque coin de rue. Certes, l’insécurité a toujours été là, mais en 2017 cela s’est beaucoup accentué, car au long de cette année on a vu une multitude de kidnappings orchestrés, de vols de bovidé, d’attaques à main armée… Dans les communes éloignées, ce sont les vols de zébus qui ont fait rage, mais comme il n’y a plus grand-chose à voler, les bandits ne s’en prennent plus qu’aux animaux. Les enlèvements contre demande de rançon deviennent monnaie courante à la fois dans les parties reculés et dans la capitale. Ce phénomène s’est tellement aggravé au plus haut degré en 2017 que l’inquiétude s’amplifie au sein de la société. Les cas d’invasions de village par les dahalo suivis de rapt ne sont pas des moindres et un bilan de la gendarmerie nationale indique que les dahalo ont fait une centaine d’enlèvements en l’espace de sept mois. Ce sont les villages enclavés dépourvus de forces armés qui sont visés par les bandits dans leur mode opératoire. L’année 2017 a été profondément marquée par l’insécurité et les cas de vindictes populaires perpétrées ont été également considérables. Comme la situation d’insécurité dans le pays fait jaser, la population vient à prendre sa sécurité en main et opère suivant les anciennes pratiques. Si les autorités compétentes ne prennent pas particulièrement cette situation en considération, cette nouvelle année sera à l’image de la

précédente.

Jean Riana

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi