La Gazette de la grande ile

Marc Ravalomanana: Les mêmes promesses vides

Publié le 05 janvier 2018

Le dimanche 17 décembre 2017, Marc Ravalomanana s’est rendu à Betafo. Il était déjà en précampagne puisqu’il a rappelé à son auditoire son intention d’être candidat à la Présidence de la République en 2018. Fort de l’appui de quelques puissances étrangères qui exigent des élections inclusives et s’ingèrent dans les affaires internes malgache, il fait mine d’ignorer ses condamnations pénales qui, pourtant, le rendent inéligible. Marc Ravalomanana s’est toujours détourné du droit. Ce n’est pas maintenant qu’il va changer. Son objectif est de reconstituer son électorat.

Candidat au scrutin présidentiel de 2018, Marc Ravalomanana se lance dans des promesses. A Betafo, il a exprimé son projet de reconstruire Madagascar. La formule est belle mais durant son mandat, il a davantage brillé par une démarche de destruction plutôt que par un esprit de construction. Certes, il a bâti quelques temples mais c’était pour mieux manipuler son électorat protestant. Il a effectivement bâti et réhabilité quelques routes mais les travaux ont été surfacturés pour enrichir ses propres sociétés.

A Betafo, Marc Ravalomanana a promis du travail pour tous les jeunes. Son projet est louable mais il est une fois de plus démagogique et il se heurte au principe de réalité. Marc Ravalomanana, qui n’est plus tout jeune, ne sait plus parler aux jeunes. Peu d’entre eux rêvent de devenir des employés de Tiko ou Magro. Pour créer des emplois de masse, il faudrait que de nombreux investisseurs viennent ou reviennent à Madagascar. Pourtant, ils savent qu’ils seront odieusement rackettés si Marc Ravalomanana reprend le pouvoir.

Marc Ravalomanana s’est également engagé à ce que tous les enfants aillent à l’école. Quelle noblesse de cœur ! Cependant, durant son mandat, la scolarisation des enfants n’a pas été sa priorité. La seule action positive de Marc Ravalomanana est d’avoir distribué du lait aux écoliers. C’était bien mais il s’agissait d’une fausse générosité car ce lait, bien évidemment, était produit et distribué par ses propres sociétés.

Enfin à Betafo, Marc Ravalomanana a promis une diminution significative du prix du riz. Cet engagement est inévitable dans ce contexte de hausse continue du prix de cette denrée alimentaire stratégique mais il est complètement démagogique de la part de Marc Ravalomanana. Il n’y a pas si longtemps, ses sociétés Magro et Rice Feedmills faisaient la pluie et le beau temps sur l’achat, le stockage et la distribution du riz, en écrasant systématiquement la concurrence.

Pour conclure, la précampagne de Marc Ravalomanana est complètement insipide avec une argumentation pauvre. Le personnage a perdu de sa splendeur et son panache d’antan. A condition qu’il soit éligible, il n’a aucune chance d’être élu car il n’a pas su évoluer ni se renouveler. Au lieu de s’entêter à vouloir jouer le rôle de Chef de l’Etat dans lequel il est mauvais, pourquoi ne redevient-il pas le capitaine d’industrie performant qu’il a été ?

 

PN

 

Lire aussi