La Gazette de la grande ile

Tension inflationniste en 2018: Quid des efforts de décélération ?

Publié le 05 janvier 2018

Le Gouvernement renforce son engagement de maintenir un taux d’inflation à un chiffre. Face aux pressions inflationnistes constatées depuis 2017, la politique menée en 2018 continuera à se focaliser sur la mise en place d’un environnement macroéconomique stable et propice à la production. Le taux d’inflation escompté en termes d’IPC est ainsi de 7,8% en moyenne période pour 2018 contre une estimation de 8,1% pour l’année 2017. Les hypothèses retenues sont une relative stabilité des cours mondiaux de pétrole et des produits alimentaires, ainsi qu’une intervention efficace sur le marché monétaire en cas d’autres pressions inflationnistes.

Sur un horizon à moyen terme, l’inflation annuelle sera contenue à 6,5% avec une bonne coordination entre la politique budgétaire et la gestion monétaire.

En attendant d’y voir on ne peut plus clair, les données de l’Instat établies par  Christian Jean Francis RAVOAHANGILALAO , font état qu’au mois de septembre 2017, à Antananarivo, faible augmentation des prix à la consommation

Entre août 2017 et septembre 2017, à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de 0,5 % contre une augmentation de 0,4 % en août 2017. Comme à la précédente variation trimestrielle, les prix à la consommation augmentent de 1,3 % entre juin 2017 et septembre 2017. En glissement annuel, variation entre septembre 2016 et septembre 2017, les prix à la consommation augmentent de 9,2 %.

En variation mensuelle (entre août 2017 et septembre 2017), à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de 0,5 %. Selon l’origine des produits, l’augmentation de 0,7 % des prix des « produits locaux » contribue à 98,5 %. Les prix des « produits importés » augmentent de 0,1 % après avoir diminué de 0,2 % alors que ceux des « produits semi importés » restent stables après une diminution de 0,1 % en Août 2017.

Selon le secteur de production, au mois de septembre 2017, les prix des « services publics » augmentent le plus tandis que ceux des « produits manufacturés industriels » augmentent peu : respectivement de 2,6 % et de 0,3 %. Après une faible augmentation de 0,1 % en août 2017, les prix des « services privés » augmentent de 0,8 % en septembre 2017. Comme au mois d’août 2017, les prix des PP N augmentent de 0,5 % en septembre 2017.
Selon la fonction des produits, au cours des trois derniers mois, la baisse des prix du carburant contribuent le plus à la diminution de l’indice des prix du « transport » (-0,3 % en août 2017 et -0,1 % en septembre 2017). Les prix de « l’ameublement, équipement ménager, entretien » restent stables. Après une baisse de 0,1 % en août 2017, les prix des « tissus et vêtements » augmentent de 0,2 % en septembre 2017. De plus, les prix du « logement et combustibles » et ceux des « autres biens et services » augmentent au même rythme de 0,2 % au cours de la même période. Les prix de « l’enseignement » augmentent de 5,5 % en septembre 2017 après une stabilité le mois précédent.

En un an, forte augmentation des prix des « services privés »

En glissement annuel (entre septembre 2016 à septembre 2017), les prix à la consommation à Antananarivo augmentent de 9,2 % contre 8,9 % au cours de la précédente période. Selon l’origine des produits, la hausse des prix des « produits locaux » est la plus élevée (10,1 %), une même tendance à celle observée entre août 2016 et août 2017.

Entre septembre 2016 et septembre 2017, selon le secteur de production, les prix des « services privés » augmentent le plus (16,6 %). L’augmentation des prix des « produits vivriers transformés » et celle des PP N s’intensifient respectivement de 11,9 % et 9,5 % (respectivement de 11,2 % et de 9 % au mois entre août 2016 et
août 2017). Au cours de cette période, les prix des « services publics » augmentent de 4,5 % contre 2,0 % entre août 2016 et août 2017.

Entre septembre 2016 à septembre 2017, selon la fonction des produits, l’augmentation des prix de la « santé » et celle des « autres biens et services » ralentit : respectivement de 1,7 points et de 1,2 points par rapport à celle entre août 2016 et août 2017. Comme à la précédente période (entre août 2016 et août 2017), les prix à
la consommation des « produits alimentaires, boissons et tabacs », les prix du « transport » et ceux des « hôtels, cafés, restaurants » augmentent beaucoup tandis que ceux des « loisirs, spectacles et culture » augmentent peu.

 

 

Lire aussi