La Gazette de la grande ile

Unicef : l’action humanitaire se poursuit

Publié le 09 janvier 2018

Le manque d’accès à l’eau et les problèmes nutritionnels et de santé connexes continuent de menacer la vie des enfants dans le sud de Madagascar. On estime qu’un million de personnes auront besoin d’une aide alimentaire au cours du premier trimestre de 2018 et que 140.000 enfants de moins de cinq ans auront besoin d’un traitement contre la malnutrition aiguë sévère (MAS). Plus de 770.000 personnes ont besoin de services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) en raison de l’impact des catastrophes. Les situations d’urgence existantes et nouvelles peuvent entraîner des interruptions de l’éducation pour plus de 100.000 enfants, notamment pendant la période cyclonique, voire post-cyclonique. Des milliers d’enfants courent un risque accru d’abus et d’exploitation par la prostitution, le travail des enfants et le mariage des enfants, risques aggravés par les conséquences des catastrophes récurrentes. Les tensions socio-économiques devraient augmenter avant les élections présidentielles et législatives de 2018. Sur ce, l’UNICEF et ses partenaires répondront aux besoins des populations touchées par les situations d’urgence et intégreront la résilience et les stratégies de relèvement rapide. La prévention et le traitement des SAM viseront les enfants de moins de 5 ans dans les zones touchées par la sécheresse dans le sud de Madagascar. Le système de santé sera renforcé aux niveaux national et sous-national, y compris par la mobilisation sociale et l’engagement communautaire, pour soutenir la préparation et la réponse aux urgences sanitaires et aux épidémies. L’UNICEF contribuera à améliorer et à maintenir l’accès à l’eau potable dans les zones sujettes aux catastrophes et à soutenir les communautés touchées par les maladies transmises par l’eau. L’assistance en espèces sera priorisée pour faciliter une réponse rapide aux catastrophes et empêcher les familles d’adopter des mécanismes d’adaptation négatifs qui provoquent la malnutrition, l’exploitation des enfants et l’abandon scolaire. L’UNICEF soutiendra l’accès continu à l’éducation de base pendant les catastrophes en fournissant des espaces d’apprentissage temporaires et du matériel d’enseignement et d’apprentissage, ainsi que des services de réadaptation et de protection scolaires pour les enfants vulnérables. L’UNICEF aidera également le gouvernement à renforcer les capacités institutionnelles en matière de gestion des catastrophes et de protection sociale. Bref, les institutions et organismes d’aides humanitaires font des efforts, mais cela reste insuffisant sans l’implication totale du gouvernement.

Recueillis par Malalanirina

 

 

 

 

 

Lire aussi