La Gazette de la grande ile

Poliomyélite: Remise en question de la vaccination ?

Publié le 16 janvier 2018

Relancer la campagne du 17 à 19 janvier ne sert vraiment à rien si les parents ne sont pas conscients de la gravité de cette maladie, persuadés de l’importance du vaccin et de son efficacité sur leurs enfants. Sur cette nouvelle vague de campagne de vaccination organisée par le Ministère de la Santé, 11 régions incluant la capitale vont bénéficier ce de programme. De son côté, le Fonds des Nations-Unies (Unicef), le principal bailleur dans la lutte de l’éradication de cette maladie, a renforcé la sensibilisation communautaire de proximité afin d’encourager les parents à faire vacciner leurs enfants. L’on constate que le taux de couverture vaccinale a régressé, notamment celle de la région d’Atsinanana pendant la dernière campagne de vaccination à cause de la réticence des parents. Notons qu’un seul enfant non vacciné présenterait un risque pour deux cents enfants immunisés. Rappelons aussi que la poliomyélite touche généralement les enfants de moins de 5 ans. Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner. De plus, c’est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Le virus se propage d’une personne à une autre principalement par la voie fécale-orale ou moins fréquemment par le biais d’un véhicule commun (eau ou aliments contaminés à titre d’illustration) et se multiplie dans l’intestin. La fièvre, l’asthénie, les céphalées, les vomissements, la raideur de la nuque et les douleurs dans les membres en sont les premiers symptômes. Une paralysie irréversible dans un cas sur 200. Entre 5 et 10% des malades paralysés décèdent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner. Comme il n’existe pas de traitement, la prévention telle que le vaccin est la seule option confèrant à l’enfant une protection à vie.

Malalanirina

 

 

Lire aussi