La Gazette de la grande ile

SUD: Risque élevé d’insécurité alimentaire

Publié le 17 janvier 2018

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

En 2017/18, on estime que plus de 407 000 personnes souffrent d’insécurité alimentaire grave dans le sud et le sud-est et, sans une aide extérieure adéquate, elles sont incapables de subvenir à leurs besoins alimentaires. On estime que 1,7 million de personnes supplémentaires souffrent d’insécurité alimentaire modérée, ce qui signifie qu’elles sont généralement en mesure de subvenir à leurs besoins alimentaires, sauf en cas de choc majeur. Cependant, 35% de ces personnes (environ 595 000) étaient déjà en train d’adopter des stratégies d’adaptation négatives ou consacraient une plus grande part de leur revenu à la nourriture au détriment d’autres nécessités, notamment la santé et l’éducation.

Bref, il existe un risque élevé de tomber dans une grave insécurité alimentaire sans aide humanitaire.

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi