La Gazette de la grande ile

Economie : performance et perspectives

Publié le 18 janvier 2018

Depuis la fin de la crise politique de 2009–2013, Madagascar connait une reprise économique lente et vulnérable aux chocs macroéconomiques (baisses des cours du nickel et du cobalt) et climatiques (sécheresse, cyclones et inondations). En raison de la faible modernisation de l’agriculture, le secteur primaire subit régulièrement les impacts négatifs des effets du changement climatique. En 2014–2016, la croissance économique moyenne du pays a donc été relativement modeste (3,5 %). Depuis lors, la performance économique a été encourageante avec une croissance de 4,2 % du PIB réel en 2016 et 2017. Sous l’impulsion des secteurs secondaire et tertiaire, elle devrait rester favorable, à 5,2 % du PIB réel en 2018 et 6 % en 2019.

                                       Indicateurs macroéconomiques – Évolution

La poursuite de l’augmentation des recettes budgétaires et l’amélioration de l’efficacité des dépenses devraient contribuer à accroître l’espace budgétaire en faveur de l’investissement public. Les dépenses d’investissement devraient donc atteindre 10 % du PIB en 2018 contre 8 % en 2017, et les dépenses courantes se contracter à 10 % du PIB en 2018 contre 12 % en 2017. La forte augmentation des dépenses courantes en 2017 est en partie due au coût budgétaire de la sécheresse et du cyclone Enawo, estimé à 71 millions de dollars EU, soit 0,6 % du PIB. La politique budgétaire expansionniste devrait induire un déficit budgétaire projeté à au moins 4 % du PIB en 2018 et 3,8 % en 2019. Il pourrait être financé par un accroissement de la dette publique. Le risque d’endettement restera toutefois modéré. Avec le relèvement du taux directeur de la Banque centrale opéré en mai 2017 (de 8,3 % à 9 %), la politique monétaire devrait contribuer à assurer la stabilité des prix, avec un taux d’inflation égale ou inférieur à 6,8 % en 2018 et 2019.

                                                        Facteurs positifs

Les résultats de la conférence des partenaires et investisseurs tenue en 2016 à Paris devraient commencer à produire leurs effets au niveau de l’accroissement des investissements publics et privés dans les infrastructures en vue de stimuler la croissance économique en 2018 et 2019. Depuis la normalisation de la situation politique, qui a ouvert l’accès des produits malgaches aux marchés des États-Unis dans le cadre de l’AGOA et de l’Union européenne, le développement des échanges contribue à stimuler la croissance économique. En 2018–2019, les exportations devraient ainsi se poursuivre grâce au raffermissement de la demande des produits textiles et huiles essentielles des entreprises de la zone franche industrielle, ainsi que de girofle et de vanille. Sur la même période, l’essor du tourisme (écotourisme) devrait également jouer un rôle moteur dans la croissance économique du pays.

                                                    Facteurs négatifs

Dans la mesure où le pays est importateur net de produits pétroliers et dépend fortement des exportations de produits miniers et agricoles (plus de 70 % des exportations de biens), les principaux risques pesant sur ses perspectives économiques sont les chocs extérieurs (baisse des cours de matières premières et hausse des prix du pétrole). Un autre risque est la forte vulnérabilité de l’agriculture aux changements climatiques, qui provoquent régulièrement de graves sécheresses dans le sud et des inondations dans le nord. Les derniers épisodes marquants sont la sécheresse et le cyclone Enawo de 2017, qui ont occasionné la perte de plus d’un point de croissance du PIB réel. Les perspectives économiques dépendront également de l’aptitude des autorités à mettre rapidement en œuvre les projets d’investissement structurant soutenus par les partenaires et à maintenir un environnement politique apaisé lors de l’élection présidentielle de 2018. Ce dernier risque pourrait provoquer un certain attentisme du secteur privé en 2018.

Source :

Perspectives

économiques en Afrique (PEA) 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi