La Gazette de la grande ile

Insécurité: Kidnapping spectaculaire à Antanimena !

Publié le 18 janvier 2018

Un autre Karana s’est fait kidnapper hier dans la soirée devant la Villa Pradon Antanimena en plein embouteillage. La victime est un des plus vieux membres de la famille Kalidas, propriétaire de la bijouterie Kalidas Analakely. Les malfaiteurs ont bien préparé leur coup et l’action s’est déroulée avec un scénario peaufiné digne d’un film d’Hollywood.

Vers 18h30, les embouteillages règnent sur l’axe Antanimena-Ankorondrano. Les voitures bougent à peine. Pendant ce temps, les motos se faufilent entre les voitures, profitant des ouvertures. Devant la Villa Pradon Antanimena, un scooter de type Jogg Pro heurte la voiture dudit Karana à l’arrière. Le motard descend et brise le pare-brise côté chauffeur. Il sort son arme et le braque sur ce dernier, qui s’est avéré être également un agent de police en tenue civile,  en l’obligeant à ouvrir les portes arrières et à sortir. Pendant ce temps, 3 autres hommes armés entourent la voiture du Karana et l’extirpe de sa voiture sous la menace en l’obligeant à monter sur un autre scooter. Dans l’échauffourée, ils ont tiré sur le garde du corps du Karana qui a quand même réussi à s’enfuir. En partant, les agresseurs ont pris l’axe vers Ankorondrano avec 3 scooters dont l’un en triple montée avec la victime qu’ils ont mis au milieu et menacé avec une arme sur la nuque. Ils ont tiré 2 coups en l’air pour dégager la route. Les forces de l’ordre sont arrivées plus d’une demi-heure plus tard. Cela s’est passé en quelques minutes. Ceux qui ont assisté à la scène n’ont rien pu faire face aux armes des malfaiteurs. En face de la voiture du Karana se trouvait un 4×4 de l’agence de sécurité G4S, mais les passagers de ce dernier n’ont eu aucune réaction.

En quelques minutes, l’attroupement de la foule a créé un embouteillage monstre plus impressionnant que d’habitude. Ce qui n’a pas empêché d’autres malfaiteurs, plus discrets mais tout aussi efficaces, de faire quelques emplettes dans les poches des gens, encore sous le choc. Un ressortissant français, assistant à la scène, s’est plaint d’avoir été délesté de son téléphone pendant qu’il se remettait de ses émotions.

Ces malfaiteurs bénéficient de l’appui de gens très haut placés. Il n’y a pas d’autre façon d’expliquer pourquoi ces derniers ont des armes plus sophistiquées que celles des forces de l’ordre. Pour la énième fois, il s’agit d’un Karana. En l’espace de 4 années, sous le règne du HVM qui semble ne se soucier aucunement de la sécurité de la population, le taux de kidnapping et autres actes de banditisme et de terrorisme n’a jamais été aussi élevé. Le procédé des malfaiteurs crée la terreur au sein de la population qui ne dort plus que d’un œil.  On  constate qu’à Madagascar, les bandits sont mieux équipés que les agents des forces de l’ordre. Ils sont plus futés en utilisant des scooters, plus maniables et plus rapides dans les embouteillages. Face à eux, les gros 4×4 tape-à-l’œil de la police ne servent qu’à attirer l’attention. Les malfaiteurs ont toujours plusieurs coups à l’avance contre les forces de l’ordre qu’ils semblent narguer. L’Unité d’Intervention Rapide, arrivée plus d’une demi-heure plus tard, semble ne pas être si rapide que ça.

Face à ces actes de terrorisme, les forces de l’ordre ont intérêt à équilibrer la balance en agissant rapidement. Nous qualifions ces kidnappings de terrorisme car les procédés utilisés par les malfaiteurs créent la terreur dans la famille des victimes et au sein de la population. Derrière sa caméra, Hery Rajaonarimampianina va encore une fois de plus tenter de calmer la population avec des mots sans aucune action. Qui donc attendent-ils de se faire kidnapper pour qu’ils agissent enfin ?

T.B

 

Lire aussi