La Gazette de la grande ile

MARC RAVALOMANANA: Procès à risque contre…

Publié le 18 janvier 2018

Enfin peut-être un procès équitable pour Marc Ravalomanana. Le processus qui devrait y mener semble déjà être engagé si on en croit la ministre de la Justice Rasolo Elise. Celle-ci en effet va notifier Marc Ravalomanana de sa condamnation sur l’affaire du 7 février (tuerie devant le palais présidentiel d’Ambohitsorohitra). L’ex-chef d’Etat devrait normalement faire opposition à ce verdict car en exil en Afrique du Sud, il n’a pas comparu lors du procès. Un nouveau procès plus conforme à l’équité sera alors programmé, avec notamment un meilleur respect des droits de la défense. Et surtout une confrontation entre l’accusé et ses accusateurs (les victimes de la fusillade), mais aussi une comparution des témoins importants pour la compréhension de l’évènement, comme Andry Rajoelina qui a envoyé ses troupes devant le palais présidentiel, comme aussi Monja Roindefo qui y a conduit ces mêmes troupes etc. Bref, il s’agit d’un procès qui prendra en compte toutes les dimensions de  l’affaire, c’est-à-dire le point de vue de l’accusé mais aussi la version de ceux qui ont poussé les manifestants devant le palais. Les deux camps qui se sont regardés le 7 février avant de s’affronter seront mis l’un en face de l’autre.

Un procès à risque donc pour Andry Rajoelina et Monja Roindefo dont la responsabilité dans la survenue de la tuerie pourrait être mise en évidence. D’autant que des enregistrements des discours tenus le 7 février sur la Place du 13 Mai ne manqueront d’être diffusés, mais aussi des images de la fusillade qui fut déclenchée quand l’avant-garde de la manifestation a effectué un rush vers les grilles du palais. Si la justice estime que des charges peuvent être portées contre ces deux chefs, des poursuites pourraient être engagées contre eux. Idem pour les membres de l’AV7 qui ont quand même tenté de prendre d’assaut une zone classée rouge. Des acteurs qui ont fait des révélations fracassantes sur cette journée pourraient aussi être entendus, comme le fameux commandant Charles qui fut le fer de lance du putsch. On s’attend donc à un procès à grand spectacle qui sera riche en péripéties et qui drainera du monde. Suggérons la retransmission en direct du procès sur TVM et RNM, comme on l’a fait avec le procès Ratsimandrava et celui d’Andriamaholison. Cette fois-ci, dans une atmosphère apaisée et avec une cour qui a les coudées plus franches, on ne parlera plus d’une « justice des vainqueurs ». Car telle est la marque principale de cette époque d’il y a dix ans  qui n’est plus celle de maintenant : Marc Ravalomanana ayant été défait et contraint à l’exil, il fut condamné par ses vainqueurs. S’il avait pris le dessus en 2009, il aurait jeté en prison Andry Rajoelina et Monja Roindefo  pour atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et complot contre un gouvernement légal.

              A.R

 

 

 

Lire aussi