La Gazette de la grande ile

Evasion de Houcine Arfa: La corruption dans tous ses états

Publié le 23 janvier 2018

Accusée d’avoir touché 70.000 € pour fermer les yeux sur l’évasion d’Houcine Arfa, la ministre de la Justice de l’île a contre-attaqué ce week-end, dénonçant les propos d’un « affabulateur ». C’est une évasion dont les contre-coups se font sentir au plus haut niveau de l’Etat malgache. Le 28 décembre dernier, Houcine Arfa est parvenu à fuir Madagascar. Ancien conseiller à la sécurité du Président de la République, ce Français avait été condamné en novembre à trois années de prison pour «usurpation d’identité», «tentative d’extorsion» et «association de malfaiteurs». Un «dossier vide» ayant abouti à «une procédure inique», dénonçait son avocat, Me Frank Berton. De son côté, Elise Alexandrine Rasolo, la ministre de la Justice contre-attaque face aux nombreuses voix qui demandent sa démission. Elle a précisé qu’elle ne va pas démissionner non plus, « pourquoi est-ce que je démissionnerais. J’ai entrepris un travail de fond pour reformer l’ensemble du monde de la justice et de l’administration pénitentiaire. Mes actions commencent déjà à porter leurs fruits… ».

D’emblée, elle évoque les pérégrinations «d’un quidam quelconque qui débarque dans un pays en développement et affirme avoir une certaine importance.»… «Un affabulateur», rétorque la ministre de la Justice, qui dément toute collusion. «Comment un ministre en exercice pourrait-il rentrer en contact avec un détenu ?, interroge-t-elle. Ni moi ni aucun de mes collaborateurs n’avons jamais permis de faciliter d’aucune manière son évasion.» Madame la ministre se veut porter plainte pour diffamation devant les instances juridictionnelles compétentes. Mais l’on se demande si ce genre d’instance existe-t-elle encore à Madagascar ? L’on constate qu’ici tout est question de mallette, de pot-de-vin, d’argent, de corruption ; sans omettre la stratégie de la fameuse évacuation sanitaire. Rappelons quelques propos d’Elise Alexandrine Rasolo, la ministre de la Justice pour une interview qu’elle a accordé pour l’Express de Madagascar : « J’ai effectivement signé un avis favorable pour une sortie dans un hôpital public prévue pour le 14 décembre 2017. Cette unique autorisation pour une seule date a été exploitée abusivement par le médecin chef d’Antanimora pour d’autres sorties ultérieures non autorisées, jusqu’à aboutir à son évasion. De plus, les agents pénitentiaires qui l’ont accompagné ont dévié de leur destination normale… ».

Enorme ! Là, elle dénonce ses présumés complices dans cette affaire du siècle. L’on se demande de quelle réforme du système pénitentiaire parle-t-elle ? Quel culot de dire des conneries en public ? A quoi elle joue réellement en se payant la tête de tous d’une manière si dégradante ? De plus, elle se la joue innocente voire victime et ose affirmer qu’elle compte parmi les premiers à vouloir éclaircir cette affaire ? Notons que la France n’extrade pas ses nationaux même si depuis, un mandat d’arrêt international a été émis ; et une procédure transmise à Interpol. Bref, est-ce que l’affaire Houcine Arfa virerait-elle en l’affaire Claudine bis ?

(Voir également, article, par ailleurs.)

Recueillis par Malalanirina

 

 

 

Lire aussi