La Gazette de la grande ile

Houcine Arfa: Mais qui l’a fait venir ici ?

Publié le 24 janvier 2018

Le public suit avec étonnement et amusement la manigance suivante des autorités malgaches : ils infligent une véritable séance de flagellation à l’évadé Houcine Arfa. C’est-à-dire qu’elles le cinglent de vigoureux coups de fouet afin de le discréditer et de le rabaisser. Le président de la République, la ministre de la Justice, le ministre de la Communication, la procureure de la  République, le contrôleur général de Police de la Brigade criminelle, etc. Tous administrent le fouet en sortant des mots ou expressions comme « détenu évadé », « usurpateur », « médiocre quidam », « affabulateur»… But de la manœuvre : faire passer Houcine Arfa pour un être vil et méprisable, et décrédibiliser ainsi les révélations qu’il publie dans la presse française. En effet, comme le scandale ternit gravement l’image de l’île à l’étranger et consterne le public, les gros bonnets du régime tentent de dégager leurs responsabilités dans l’affaire…

On attirera notamment l’attention sur la déclaration suivante faite par Rasolo Elise, ministre de la Justice : « Les deux journalistes français n’ont même pas pris la peine de vérifier le passé de cet évadé de prison… ». Autrement dit, s’ils savaient les antécédents désastreux de Houcine Arfa, ils n’auraient pas publié les révélations « forcément inventées » de ce dernier. Mais on est aussi en droit de se demander qui a fait venir dans l’île ce personnage fumeux ? Notons que les hautes sphères ont soigneusement passé sous silence l’existence de Houcine Arfa et son passage dans l’île Et cela, jusqu’à ce que les révélations fracassantes faites dans la presse française ne mettent en lumière leur prestation déplorable. Car le palais d’Iavoloha notamment a fait preuve d’amateurisme et de légèreté en recrutant ce barbouze qui allait nuire à la réputation de l’île. Visiblement, l’homme a été embauché et introduit dans les secteurs les plus stratégiques du pouvoir alors qu’on ignorait tout de ses antécédents et de son cursus.

Qui l’a attiré dans l’île et l’a présenté à Hery Rajaonarimampianina ? Selon toute vraisemblance, il s’agit du ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka. Dans l’interview accordée au quotidien Le Parisien en effet, Houcine Arfa tient les propos suivants : « J’ai travaillé dans l’aéronautique à Toussus-Le-Noble… ». Car dans cet aérodrome situé à 25 kilomètres au sud de Paris, Henry Rabary-Njaka a aussi œuvré en tant que pilote (d’avion léger) et instructeur, et fut le secrétaire général de l’aéro-club d’Air France. Quand ayant su que ce dernier a accédé à un poste haut placé à Madagascar (directeur de cabinet du chef de l’Etat), Houcine Arfa, en quête d’un emploi intéressant s’est adressé à lui. D’autant que dans la même interview, l’évadé déclare avoir déjà servi d’autres chefs d’Etat africains. C’est fort probablement Henry Rabary-Njaka qui a mis Houcine Arfa en contact avec Hery Rajaonarimampianina, et sur la foi des assurances données par son ami intime, le chef de l’Etat a mis l’étranger à son service.

Au départ en 2014, Henry Rabary-Njaka était l’éminence grise du palais d’Iavoloha car directeur de cabinet mais aussi président du conseil d’administration d’Air Madagascar (après avoir vanté sa position à Toussus-Le-Noble). Limogé un peu plus tard en raison de ses grossières erreurs de jugement dans la conduite d’Air Madagascar, il fut rappelé en catastrophe en août dernier et installé aux Affaires étrangères. Peut-être avec la tâche de raisonner et d’amadouer sa connaissance, appelée à être extirpée de prison et rapatriée en France en raison des interventions de l’ambassade de France évoquées par la procureure de la République. Mais ignorant peut-être ce qui se tramait à son avantage, Houcine Arfa a pris les devants et a pris la poudre d’escampette. Dès lors, ne devant rien à personne, surtout pas à Henry Rabary-Njaka, il s’est donné toute latitude en France pour dénigrer Madagascar et les plus hautes instances malgaches.

En tout cas, depuis l’épisode du lingot d’argent du pirate William Kidd qui s’est révélé ensuite être du plomb, Hery Rajaonarimampianina passe pour un personnage naïf et facile à tromper. Il a installé Houcine Arfa au palais d’Iavoloha, croyant que le jugement du pilote d’avion Henry Rabary-Njaka avait de la… hauteur.

    Adelson RAZAFY

 

 

Lire aussi