La Gazette de la grande ile

Marc Ravalomanana: « Voleur d’électricité »?

Publié le 24 janvier 2018

Le président du comité d’organisation du cinquantenaire de l’église réformée FJKM est-il intouchable? Beaucoup se sont posés la question en voyant Marc Ravalomanana déambuler librement et surtout prendre la parole lors du grand culte, dimanche à Mahamasina.

Deux semaines auparavant, il a précipitamment quitté le pays. Il s’est enfui, a-t-on entendu dire, car le parquet a émis un mandat d’arrêt à son encontre sur la tuerie du 7 février 2009.  L’autorité judiciaire confirme le mandat en indiquant que son arrestation aura lieu en temps voulu. Le ministre de la Communication est même intervenu en indiquant que l’ancien président de la République serait à Paris en train de fomenter un coup d’Etat avec le fameux tireur d’élite Hocine Arfa.

C’est donc avec stupeur qu’on a vu Marc Ravalomanana circuler librement. Personne n’ose-t-il vraiment pas l’arrêter comme il le prétend?

Toujours est-il qu’un bon nombre d’affaires l’attendrait. Outre les arriérés fiscaux par centaines de milliards, il y aurait une affaire de vol d’électricité de la Jirama.

C’est en effet à cause de ces arriérés fiscaux qu’un arrêté interministériel a ordonné la fermeture de l’usine AAA du groupe Tiko à Andranomanelatra au mois d’octobre. Dans la foulée, une réquisition du préfet d’Antsirabe ordonnait la suspension de la fourniture d’électricité du domaine qui comporte une usine : une ferme et une belle résidence.

Marc Ravalomanana demande alors à la Jirama de rétablir le courant à la résidence, car cette dernière ne faisait pas partie de l’abonnement de l’usine  AAA. Une assignation à bref délai fut déposée à cet effet au Tribunal de première instance d’Antsirabe.

Après vérification, la  Jirama constate qu’il n’y a pas d’abonnement en bonne et due forme pour la résidence. Pour la compagnie nationale d’électricité, la demande de sieur Ravalomanana ne serait donc que l’aveu d’une jouissance de l’électricité de la Jirama sans abonnement aucun durant une longue période. Pour la Jirama, il y a eu vol d’énergie électrique et une plainte a été déposée pour que les dispositions du décret de 2016 soient appliquées. Les peines prévues peuvent aller jusqu’à l’emprisonnement. Si le tribunal retenait ce genre de peine, la Jirama a un formidable exemple pour débusquer les milliers de voleurs d’électricité dans le pays. Mais quel juge d’Antsirabe osera-t-il le condamner pour vol d’électricité?

Sa

 

 

 

 

Lire aussi