La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE: Les relations douteuses d’un évadé !

Publié le 03 février 2018

Le feuilleton  qui avait  gravement  éclaboussé le  régime à Madagascar  a  eu pour origine les  fréquentations anciennes  de  deux Toulousains à  savoir  Salles Jean-Louis et Hervé Rabehanitriniony, tous les  deux propriétaires actuellement  d’établissements de  restauration à  Nosy-Be. Quels que  soient les  démentis  et  autres  explications  tardivement oiseuses  de  qui  que  ce  soit, le mal  est  fait.  En  toute  naïveté, pour ne pas  dire  dans la plus légèreté et la mauvaise  fois la plus  totale,  les initiateurs  de cette  véritable infiltration au  sein de la  Présidence, en se  faisant  aider par un certain Henry Rabary-Njaka, une personnalité  très influente qui, lui  aussi par le passé a  fréquenté le même  aéro-club en France que l’évadé célèbre. A noter   qu’en  2015, qu’il « était directeur de cabinet du président de la République et président du conseil d’administration d’Air Madagascar. »  Il a « été remercié de ces deux postes lors d’une grève générale de 40 jours de la compagnie aérienne nationale. Les employés lui reprochaient une mauvaise gestion de la compagnie ayant aggravé une situation financière déjà catastrophique. » Selon les médias, « Dès que l’évasion d’Houcine Arfa a été portée à la connaissance du grand public, il a été rapporté qu’il fréquentait autrefois le même aéroclub qu’Henri Rabary-Njaka en France. L’information n’a été ni confirmée ni démentie par les deux hommes. »

Les deux hommes se connaissaient assurément avant que Hery Rajaonarimampiainina n’accède à la Présidence. Après, les relations entre eux se sont vraisemblablement dégradées et Houcine Arfa a été lâché par Henri Rabary-Njaka, lequel est habitué à ce genre d’indélicatesse. Compagnon  favori de la première  heure  de la création  du parti présidentiel, il  est  toujours  resté  en odeur  de  sainteté aux yeux  du président  de la République, malgré  ses  frasques  financières. Pour le quatrième remaniement depuis le début de son mandat, Hery Rajaonarimampianina, en voulant « faire du neuf avec du vieux »  avait anobli un courtisan qui  sentait le soufre en le nommant  ministre  des  Affaires  Etrangères  au mois  d’août 2017. Salles Jean-Louis  aura beau protesté  et  crié  sur  tous les  toits on ne sait plus  quelle forme d’innocence  sur la présence de  Houcine  Arfa  à  Madagascar , il a  reconnu lui-même qu’après  sa médiation pour le compte de CORSAIR le 11 juillet 2015,  « Marie ARFA arrive en Novembre 2015 avec sa fille et son mari, Mr Houcine Arfa au Vanila Hôtel pour quelques jours, alliant vacances et travail. J’avais, entre temps, contacté le proche conseiller de Mr Le Président, Mr HERVE RABEHANITRINIONY, propriétaire du RAVINTSARA HÔTEL, pour l’informer de cette possibilité CORSAIR. Il m’avait donné son accord pour rencontrer Mme ARFA qui est venue à ce rendez-vous avec son mari, Mr ARFA.  Je précise que je n’ai même pas assisté à ce rendez-vous au Ravintsara. Au cours de cet entretien, en dehors de la discussion sur CORSAIR, MR Houcine ARFA a confirmé à Mr HERVE RABEHANITRINIONY qu’il travaillait dans la sécurité en France au plus haut niveau et auprès de Nicolas Sarkozy et qu’il pourrait apporter un appui (relationnel, formations, et aussi politique pour la Présidence Malgache). Mr Houcine ARFA avait déjà parlé de son activité au cours de la semaine. »

 Tout le problème  actuel  qui porte  atteinte à  toute la  nation  vient  du  fait  que le  nommé  Salles n’a pas  eu la prudence  de  signaler à  qui  de droit le  côté obscur et le lourd passé judiciaire de l’époux de Mme Arfa.  Surtout  que   selon  ses  dires,  « Il se trouve que Mr Le Président de la République Malgache était sur Nosy-Be à ce moment-là et Mr Hervé Rabehanitriniony a proposé à Mr Houcine Arfa et Madame de leur faire rencontrer le Président, chose qui fut faite. »  La suite  des  évènements  est  peut-être « bien loin des manipulations, des calculs, voire des complots que l’on me prête et je suis prêt à en répondre devant la justice sans problème, »  comme il  l’affirme avec  véhémence  au point  de  faire  un lapsus  assez étonnant à propos d’ « Une justice partiale ne pourra conclure autrement. » Sait-il au moins  que  veut  dire le mot « partial » ? Alors  qu’il parle de justice et fait  référence à la « justice  sans problème »… Ce n’est pas  parce qu’on a passé 25  ans à Madagascar à essayer d’aider modestement, mais du mieux possible la population, les employés, les autorités, les associations et tous ceux que je côtoie tous les jours.  Je précise encore que je n’ai pas assisté à aucun de ces entretiens, qu’un étranger  comme lui pourrait  avoir  le droit de  se mêler  d’une  affaire  qui  regarde le Chef  d’Etat  d’un pays  souverain. Même si les  Vazaha  de  votre  espèce nous  regardent  avec  mépris  parce  qu’on est  de « pauvres  gasy». Au nom  de  vos  coucheries  perfides  et  honteuses  qui vous ouvrent les  portes  de nos dirigeants.  Cet  abominable  homme des  basses besognes  ne  serait  jamais  arrivé dans un Palais  d’Etat  s’il n’y avait pas  l’entremise  d’un  Salles vazaha  ami intime, pour  ne pas  dire plus  de Hervé Rabehanitriniony. Taisez-vous, n’en  rajoutez plus… même si  le  Salles  vazaha précise  n’avoir « pas assisté à aucun de ces entretiens. » Peut-il lui,  « rétablir l’honneur »  de  tout un  pays  bafoué par un repris  de justice. La Police Nationale  française  a été très  explicite  sur  le cas  de  cet  individu  point  barre. Au fait, quel  crédit accorder à un individu  qui « Sur les réseaux sociaux, Houcine Arfa a écrit qu’il avait refusé l’ordre d’exécuter certaines personnalités de la sphère politique et économique. Etrangement, il ne fait pas mention de cette mission funèbre dans les médias français ? »  Dans ce monde  interlope des actions  occultes et  de l’ombre, l’habitude  est  de partir de  faits  peut-être  réels pour  en  faire d’énormes  forgeries  dans des  buts  précis  et  pour des  objectifs  pas  très  avouables.  

 

 

 

Lire aussi