La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE: La virginité qu’on n’a plus à l’heure des 3 zéros…

Publié le 13 février 2018

Au pays, depuis le début de l’année,  les  cauchemars  de la valeur  des  euros auprès des  décideurs de très haut niveau  et des  zéros dans les milieux officiels des  finances publiques pendant très longtemps ne manqueront pas de hanter leur  sommeil  au point  de les  empêcher de  dormir. Sauf  erreur de notre  part,  aux  dernières  nouvelles, la grande  dame du ministère des  Finances  et  du Budget aurait même décidé de prendre l’air dans l’île voisine. Elle aurait choisi le ciel édénique de l’île Maurice pour mettre une certaine  distance  entre elle et ces  dossiers pourris qui ont prouvé à  quel point le favoritisme dans l’octroi des marchés public et les utilisations abusives  des  finances  de l’Etat n’obéissent plus  aux règles de l’orthodoxie la plus élémentaire. Pendant que le président de la République  s’évertue à prêcher dans le  désert sur les mirages  des vertus de la rectitude de la corruption zéro, dans les lieux même où lui, il avait servi les intérêts supérieurs des parrains d’une Transition de  tous les  trafics. Il était un maillon très important du  système affairiste d’un Andry Rajoelina, sous les ordres duquel, l’Argentier avait sciemment  fermé les  yeux sur les combines mafieuses de Haja Resampa concernant les grosses factures des  fournisseurs de Jirama, les  acquisitions douteuses des barons de l’époque, les retombées en  devises des exportations illicites des  rondins  bois de  rose, les transferts frauduleux de l’or, de minerais rares, de l’ilménite et des productions d’Ambatovy et de QMM…

Pendant que  dans la  tête des  gens, on fulmine  encore sur ces  bourdes monumentales à mettre à l’actif  de l’équipe du parti présidentiel en place depuis qu’elle gère le pays, à propos de ces  véritables dilapidations de  deniers publics sous le nez  et à la barbe de  tous les  habitants de  cette île ( les remous médiatiques de l’Arfagate et les effervescences provoquées par les intrusions des triples zéros dans la gestion budgétaire  d’un régime qui a trop  tendance à jongler impunément avec l’argent de l’Etat au profit des  copains et  des  coquins), dimanche dernier, sans  crier  gare Andry TGV  pour les intimes, débarque à l’aéroport international  d’Ivato. Accueilli en  grandes pompes par ses partisans et les personnalités élues  du Mapar, il  annonce la couleur en  déclarant qu’« Il est temps de parler et d’agir », tout  en précisant clairement  que « toutes les conditions sont désormais réunies pour concrétiser l’IEM à Madagascar ». Et lorsqu’on l’entend affirmer  que « Le calvaire du peuple prendra fin cette année », tout en  faisant allusion à  sa  candidature «  contre son ancien poulain dans la course à la magistrature suprême prévue vers la fin de cette année, l’observateur ne peut pas  s’empêcher de se méfier de l’ambitieux novice de la politique politicienne. Personne ne peut oublier que pendant presque le temps  d’un mandat présidentiel, le meneur de la Révolution  Orange,  au lieu de  se  soucier « plutôt du sort de la majorité des Malgaches qui vit dans l’extrême pauvreté » et  de  s’atteler à chercher réellement le  développement de  ce pays, ébloui par les splendeurs du confort et  du luxe d’une  vie  de pacha, il a préféré les biens immobiliers et les  avoirs  extérieurs dans les  Emirats et les îles  de rêves.

Ce qui  fait que ni l’un l’autre, Marc, Andry et le président  sortant,  n’a plus  cette  virginité politique  dont le pays  a  tant rêvé pour faire le  bonheur de Madagascar. A une époque où les  habitants prennent  réellement  conscience  de la  nécessité légitime de jouir  enfin des  revenus  des  richesses légendaires  des  terres  de  leurs  ancêtres,  comment peut-on  encore  croire qu’ils puissent  confier leur  destin à des  hommes  de pouvoir qui ont bêtement pactisé avec les  étrangers contre des privilèges scandaleux pour offrir à ces  envahisseurs les fabuleux périmètres miniers de l’Anosy, les gisements de  Soalala et  récemment les régions aurifères qui  vont  des  rives  de l’Ikongo jusqu’aux filons de  Betsiaka ?Il faut  ajouter à ces prostitutions  administratives  au  sommet et les complicités coupables  de leurs  courtisans  respectives qui ne se cachent pas pour étaler  aux yeux  des pauvres  gens les  fruits  des  années  d’activités commerciales prohibés en faveur des milliardaires  du bois  de rose et des ventes  de propriétés  foncières  dans l’illégalité la plus  flagrante à des intérêts privés. Le trio  de premiers prétendants à la course à la présidence ne peut guère  se  prévaloir  d’avoir  été le  champion de la lutte  contre une  corruption généralisée des institutions soumises à leur  bon  vouloir pour que  vogue la galère de l’exploitation de l’homme par  des  hommes qui détenaient les leviers  de  commande de la  nation. Quand l’actuel président incite  tout un  chacun à  aborder le « sujet souvent occulté de la petite corruption » en invitant la masse à regarder « dans la même  direction », il sera  drôlement surpris  parce que le  Chef  de l’Etat ne manquera pas  de constater  avec  beaucoup  de  consternation que depuis qu’il  est  au pouvoir, tous les  regards  sont  braqués  vers son  entourage immédiat et les fameux collaborateurs (bénéficiaires  de l’impunité tacite)  comme les Henry Rabary Njaka, les James Andrianalisoa, les Hervé Rabehanitriniony ainsi que les autres très  discrets  courtisans (de véritables loups dans la bergerie de la République). Pour se  rendre compte des impacts profonds du mal, le président a intérêt à commencer le  nettoyage du  haut vers le bas des  échelons du régime. L’excuse des  3 zéros contestée par notre  collaborateur montre en grandeur nature la gravité de l’attrait de ces pots-de vins des  euros  et des dollars. Les  griefs sont  valables pour R8 et le D.J son  tombeur qui n’est plus politiquement vierge, étant donné la prostitution structurelle  tactique qui a permis sa longévité  à la tête de la Transition, même si pour faire valoir son « émergence » personnelle une alliance  contre-nature d’un pacte  avec ce  diable de Ravalo semble  se préciser selon les  rumeurs…

Lire aussi